Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

II. PRINCIPALES OBSERVATIONS

 1998 est la première année de frappe de l'euro (1.600 millions de pièces). Ceci explique la croissance exceptionnelle du budget annexe et permettra, pour la première fois depuis longtemps, de compenser les départs indirects (décès, retraites, démissions) du personnel ouvrier professionnel et non professionnel.

 Hors cette opération exceptionnelle, la Monnaie de Paris poursuit ses efforts de maîtrise des dépenses et de consolidation des recettes. Sont notamment concernées, d'une part les dépenses de personnel, d'autre part les recettes tirées des ventes des monnaies de collection, des médailles et des monnaies étrangères qui se maintiennent à un niveau élevé dans un marché très concurrentiel.

 Pour la troisième année consécutive, la subvention d'exploitation baisse (-53,90 %). Ceci exprime la poursuite de la rénovation de l'outil de production et l'effort de productivité engagé depuis plusieurs années.

 En 1996 a été approuvé un plan d'entreprise "Monnaie 2000", dont les principaux objectifs sont le retour à l'équilibre budgétaire, la réalisation de l'euro et la mise en oeuvre d'une politique de qualité exemplaire. La diminution de la subvention d'exploitation, la mise en oeuvre effective de la frappe d'un premier contingent d'euros en 1998 et l'attribution de la certification ISO 9002 démontrent la bonne exécution du plan d'entreprise.

Retour Sommaire Suite