Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

A. ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Cet agrégat regroupe l'ensemble des moyens en personnels et ceux consacrés au fonctionnement et à l'investissement dans les établissements d'enseignement supérieur.



Les crédits de l'agrégat "enseignement supérieur" s'établissent à 37.862 millions de francs en 1998, contre 36.601 millions en 1997, soit une progression de 3,45 %.

Les dotations couvrent :

- les crédits des personnels non enseignants et enseignants chercheurs (y compris les primes d'encadrement doctoral) ainsi que les indemnités et prestations sociales, qui s'élèvent à 27.847 millions de francs en 1998, en progression de 4,12 % ;

- les aides au pré-recrutement d'enseignants-chercheurs, dont le montant de 206,7 millions de francs reste inchangé par rapport à 1997 ;

- les dépenses d'informatique, de télématique et de fonctionnement, qui s'établissent à 6.497 millions de francs, en hausse de 10,54 % ;il faut noter une dotation de 9 millions de francs attribuée à l'établissement public du campus universitaire de Jussieu ;

- les dépenses d'intervention : avec 218,4 millions de francs, elles diminuent de près de 6,4 % du fait de la non-reconduction d'une dotation de 14,85 millions de francs au titre de la subvention aux établissements d'enseignement supérieur privés ;

- les dépenses d'investissement s'élèvent à 3.093 millions de francs, soit une progression de 2,05 %, dans les domaines suivants :


· 
constructions immobilières et équipements immobiliers et pédagogiques (1.759 millions de francs) ;


· 
maintenance des bâtiments (1.334 millions de francs).

Le tableau ci-dessous récapitule les emplois par grandes catégories.

Le tableau ci-après établit un constat puis des prévisions sur le nombre d'étudiants dans les principales filières de l'enseignement supérieur.

Ce tableau montre bien la réduction des effectifs à l'université. En revanche, il permet également d'en déduire une amélioration du taux d'encadrement : on est ainsi passé de un emploi enseignant pour 22,7 étudiants et un emploi de non-enseignant pour 34,2 étudiants à la rentrée 1995 à, respectivement 21,1 et 31,6 pour la rentrée 1997.

Retour Sommaire Suite