Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

2. La composante aérienne

Ce n'est qu'à partir de 2015 qu'il est envisagé de remplacer les SUPER-ÉTENDARD et les deux escadrons de MIRAGE 2000 N porteurs du missile ASMP (Air-sol Moyenne Portée), par une version du " RAFALE ".

Vers 2010, l'ASMP actuel devrait être remplacé par l'ASMP amélioré, d'une portée plus grande et mettant en oeuvre une charge nucléaire nouvelle. Son développement commencera en 2000. Selon la programmation, 2 milliards de francs devront aller à ce programme pour la période 1997-2002. Le budget prévoit 138 millions de francs pour la poursuite du projet.

3. Les missiles

Outre le missile aéroporté ASMP, qui vient d'être mentionné, les missiles de la force nucléaire stratégique comprennent ceux équipant les SNLE/NG : missiles M 45 et missiles M 51.

Le missile M 45 version modernisée du missile M 4, doit équiper les trois premiers SNLE/NG. Sa portée, sa furtivité, sa capacité de pénétration sont accrues.

Le missile M 51 doit équiper directement le quatrième SNLE/NG. Le coût du développement est estimé à 30 milliards de francs, en diminution de plus de 20 % par rapport à celui du programme M 5 initialement prévu (révision des performances et diminution du nombre des essais). 1 450 millions de francs pour la part missiles et 350 millions de francs pour la part têtes nucléaires sont prévus pour le développement de ce programme dans le projet de budget pour 1999.

4. La simulation des essais

Elle repose sur le programme PALEN.

Elle est nécessaire en raison de l'arrêt des essais nucléaires et de la signature en septembre 1996 du Traité d'interdiction des essais nucléaires, d'une part, de la nécessité de mettre au point les têtes nucléaires des missiles ASMP améliorés et M 51 d'autre part.

Cette mise au point, sans essais en vraie grandeur, est extrêmement complexe et constitue un défi de taille pour la Direction des applications militaires du CEA. Les difficultés scientifiques et techniques qui l'accompagnent, expliquent l'incertitude sur le coût global du programme de simulation qui pourrait s'élever à plus de 15 milliards de francs - dont 6,5 milliards de francs pour le laser méga-joules - sur une période d'une dizaine d'années.

Retour Sommaire Suite