Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

II. LES ACTIONS DE FORMATION

On peut distinguer trois types de formation :

- formation initiale, à destination des jeunes qui souhaitent exercer les métiers des secteurs du commerce et de l'artisanat ;

- formation préalable, à la création ou à la reprise d'entreprises, à l'installation des artisans ou à destination des demandeurs d'emploi souhaitant travailler dans le secteur du commerce ;

- formation continue (perfectionnement, adaptation à l'évolution du contexte dans lequel les artisans et commerçants exercent leurs activités).

Enfin, la formation des formateurs ou des animateurs intervenant dans les secteurs du commerce et de l'artisanat, doit , naturellement, être distinguée de celle des commerçants et artisans eux-mêmes.

A. LA FORMATION DES FORMATEURS ET DES ANIMATEURS DES SECTEURS DU COMMERCE ET DE L'ARTISANAT

1. Concernant le commerce

Le CEFAC (centre d'étude et de formation des assistants du commerce) est une association chargée d'instruire les assistants techniques du commerce qui ont vocation à apporter information, formation et conseil aux commerçants en fonction, comme aux candidats à la création d'une entreprise commerciale.

Outre les assistants techniques du commerce susvisés, le CEFAC forme aussi des conseillers sociaux du commerce et des agents des centres de formalités des entreprises qui se mettent en place progressivement auprès des compagnies consulaires.

2. Concernant l'artisanat

a) l'animation économique

La subvention versée à l'ISM (Institut supérieur des métiers) représente la totalité des moyens affectés par le secrétariat d'Etat à la formation des animateurs économiques de l'artisanat.

Depuis 1996, son montant est de 17,6 millions de francs.

La mission principale de l'ISM est d'organiser la formation de base et le perfectionnement des agents d'animation économique des chambres de métiers et des organisations professionnelles.

Mais l'Institut exerce, par ailleurs, d'autres fonctions (formation des cadres de l'artisanat, des élus des organisations professionnelles ; étude de l'évolution du secteur des métiers et animation, en conséquence, de réseaux tendant à adapter l'artisanat aux nouvelles technologies...)

b) l'apprentissage

Les chambres des métiers s'efforcent de développer l'offre de formation, en matière d'apprentissage, par la mobilisation des artisans, de façon à augmenter le nombre et la qualification de ceux qui acceptent de s'y investir.

Ainsi a été créé le titre de " maître d'apprentissage " pour valoriser la compétence des meilleurs tuteurs et créer, chez les autres, un sentiment d'émulation.

Par ailleurs, une action a été entreprise auprès des pouvoirs publics pour obtenir le maintien d'indemnités compensatrices des frais supportés par les maîtres d'apprentissage.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli