Allez au contenu, Allez à la navigation



L'expatriation des compétences, des capitaux et des entreprises

 

B. ENTREPRISES : DÉLOCALISATION OU INTERNATIONALISATION ?

L'expatriation des entreprises françaises à l'étranger n'est pas un phénomène nouveau. Elle a accompagné l'ouverture de l'économie française aux échanges extérieurs. L'augmentation des implantations françaises à l'étranger a cependant pris récemment une ampleur sans précédent.

1. La croissance explosive des investissements directs français à l'étranger

On a longtemps reproché aux entreprises françaises de rester trop concentrées sur l'hexagone et les marchés de l'ancien empire et de ne pas être assez présentes sur les marchés internationaux porteurs, contrairement à leurs homologues anglo-saxonnes ou germaniques. L'augmentation sans précédent des implantations françaises à l'étranger, en particulier en Europe et aux États-Unis, depuis une décennie, conduit certains à se demander si la France ne connaît pas aujourd'hui un excès inverse.

a) Des entreprises françaises très présentes sur les marchés extérieurs

Confrontées à une concurrence internationale accrue tant sur le marché français que sur les marchés étrangers, les entreprises françaises se sont, dans l'ensemble, remarquablement adaptées à la  mondialisation, comme en témoignent les résultats de notre commerce extérieur.

Lourdement déficitaires à la fin des années quatre-vingt, les échanges commerciaux de la France sont excédentaires depuis 1992.

UN COMMERCE EXTÉRIEUR STRUCTURELLEMENT EXCÉDENTAIRE

(en milliards de francs)

Source : Douanes.

Les exportateurs français ont accumulé des gains de compétitivité liés à la qualité et la diversité des produits français. La spécialisation sectorielle dans les branches où la France possède des avantages comparatifs, et un réengagement géographique sur des zones dynamiques, ont également été bénéfiques pour nos exportations.

La libéralisation des échanges a permis aux entreprises françaises d'accroître leurs exportations et de bénéficier du dynamisme du commerce mondial dans un contexte où la croissance de la demande intérieure était nettement moins forte que lors des « trente glorieuses ».

La France s'est ainsi hissée aux rangs de quatrième exportateur de biens et le troisième de services au monde.

Les marchés internationaux sont devenus une partie essentielle de l'activité des entreprises françaises et, en particulier, des plus grandes d'entre-elles.

L'industrie française exporte, aujourd'hui, plus de 40 % de sa production à l'étranger.

On estime que l'activité exportatrice des entreprises françaises occupe 5 millions d'emplois, soit 22 % de la population active. La présence des entreprises françaises sur les marchés extérieurs est ainsi également devenue pour la France un élément essentiel de la croissance de l'emploi.

UN TIERS DE LA PRODUCTION MANUFACTURIÈRE FRANCAISE
EST DESTINÉ À L'EXPORTATION

En % (volume base 100 en 1995)

 

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

1erTrim
2000

BIENS dont

23,4

23,4

25,2

26,0

27,7

29,1

29,4

31,6

32,8

33,2

35,0

- industrie

28,2

28,2

30,9

31,9

34,0

35,7

36,5

38,9

40,5

40,8

43,3

- énergie

8,4

8,4

8,3

8,6

8,8

9,0

8,6

8,8

8,4

8,9

9,9

- agro-alimentaire

16,0

16,0

16,4

17,5

17,8

18,5

18,3

19,7

19,7

19,6

19,5

SERVICES

2,0

2,0

2,2

2,3

2,2

2,3

2,4

2,7

2,6

2,5

2,4

Source : INSEE

La conquête de ces marchés n'a été rendue possible que par une augmentation importante des implantations de filiales françaises à l'étranger.