Allez au contenu, Allez à la navigation



L'expatriation des compétences, des capitaux et des entreprises

 

b) La création de l'Agence française pour les investissements internationaux : un projet à insérer dans une réflexion d'ensemble

A la suite des différents rapports d'évaluation prônant une refonte du dispositif de promotion des investissements étrangers, le gouvernement a proposé, dans le cadre du projet de loi relatif aux nouvelles régulations économiques, adopté ce printemps, la création, avec le statut d'établissement public à caractère industriel et commercial, d'une « Agence française pour les investissements internationaux ». La loi, lui confie la promotion, la prospection et l'accueil des investissements internationaux en France, en partenariat avec les collectivités territoriales et en association avec les acteurs économiques. Son conseil d'administration comprendra des représentants de l'État, des représentants des collectivités territoriales, des personnalités qualifiées et des représentants du personnel.

Principale innovation, pour accomplir ses missions, l'agence disposera notamment des services centraux et des bureaux à l'étranger des réseaux de la Datar et du ministère de l'économie et des finances. La fusion des deux réseaux de l'État sous l'égide de la nouvelle agence devrait ainsi permettre une meilleure coordination de l'action des pouvoirs publics.

La mission approuve le principe de cette réorganisation. Le principal défi que devra relever la nouvelle agence sera de concilier la prospection des investissements étrangers et la politique d'aménagement du territoire. L'articulation entre ces deux missions sera l'une des clés de la réussite du nouveau dispositif national.

La décision d'investissement, dans un contexte de marchés ouverts, résulte d'un choix rationnel effectué par des opérateurs informés et exigeants. Face à une décision complexe, lourde de conséquence pour l'investisseur, il est nécessaire de rationaliser la démarche de prospection comme s'il s'agissait d'un processus commercial de vente. Ce n'est que dans la mesure où le « vendeur » comprendra le besoin du client qu'il pourra, dans une relation de confiance, faire cheminer celui-ci vers une décision judicieuse. Attirer l'investissement étranger exige d'identifier les besoins des investisseurs et leur montrer que la France est capable d'y répondre.

C'est pourquoi la mission insiste pour que l'Agence française pour les investissements internationaux soit orientée vers les « clients », c'est à dire sur le marché à l'étranger, à l'écoute des entreprises et de leurs projets. Pour cela, il sera nécessaire de renforcer la place des acteurs de terrain dans l'ensemble du dispositif national, en développant les postes à l'étranger et en orientant le recrutement vers des professionnels de la prospection.