Allez au contenu, Allez à la navigation



 

4. Des préoccupations en matière d'équipements sanitaires

La santé est une des principales préoccupations de la population de Saint-Barthélemy, qui dispose de l'hôpital de Bruyn, à Gustavia. Créé en 1933 à l'initiative du père Irénée de Bruyn, l'hôpital est cédé par le diocèse au département en 1970. Il a assuré, jusqu'à sa transformation en établissement public à caractère communal en 1991, des prestations d'obstétrique, à titre dérogatoire38(*). Depuis, l'absence de maternité reste mal ressentie par la population, les accouchements ne pouvant avoir lieu sur l'île.

Cet hôpital local a vocation à recevoir les urgences médicales de la population locale et des touristes39(*), prises en charge sur place ou par des évacuations sanitaires, et à fournir une offre de soins non urgents pour la population insulaire. Il est rattaché au service d'aide médicale urgente (SAMU) de Pointe-à-Pitre et au service mobile d'urgence et de réanimation (SMUR) de Saint-Martin40(*).

Les urgences lourdes requérant une évacuation sanitaire peuvent se révéler problématiques lorsqu'elles interviennent la nuit, les vols étant alors interdits41(*). Les transferts de nuit sont néanmoins organisés de façon dérogatoire, après autorisation du préfet. En 2003, 146 évacuations sanitaires ont été réalisées, dont 73 vers le centre hospitalier de Saint-Martin et 29 vers le CHU de Pointe-à-Pitre42(*).

Fonctionnant avec un effectif de 32 personnes, l'hôpital, dirigé par le directeur du centre hospitalier de Saint-Martin, dispose, en équivalent à temps plein, de deux praticiens hospitaliers, de huit infirmiers, de deux aides soignants, et de quatre personnels administratifs. Il compte dix lits de médecine, trois de chirurgie ambulatoire et sept de soins de suite, utilisés notamment pour l'hébergement des personnes âgées.

Lors de sa visite de l'hôpital et de sa rencontre avec le docteur Bruno Zito, président de la commission médicale d'établissement, votre délégation a pu constater le dévouement de l'équipe médicale pour garantir aux habitants de Saint-Barthélemy et aux touristes la meilleure offre de soins possible.

Le niveau de soins et la qualité des infrastructures doivent être préservés pour offrir non seulement aux Saint-Barths, mais aussi à la clientèle de l'île, la sécurité sanitaire qu'ils sont en droit d'attendre. A cet égard, votre délégation a relevé la volonté des élus de Saint-Barthélemy de maintenir le soutien financier de la collectivité à l'hôpital, auquel elle accorde d'importantes subventions afin d'améliorer ses équipements.

* 38 L'hôpital disposait alors de trois lits d'obstétrique.

* 39 A cet effet, le schéma régional d'organisation sanitaire (SROS) 2000-2004 confirme l'autorisation dérogatoire de prise en charge des urgences dans le cadre d'une Unité de proximité d'accueil, de traitement et d'orientation des urgences (UPATOU) des îles du Nord.

* 40 Le service médical d'urgence des îles du Nord a été créé en 1991.

* 41 En 2003, 9 évacuations sanitaires ont été réalisées de nuit.

* 42 Les autres ont été dirigées de la façon suivante : 8 vers le centre hospitalier de Basse-Terre, 14 vers le CHU de Martinique, et 6 vers les Etats-Unis. Elles appelaient des soins de chirurgie-traumatologie pour 52 d'entre elles.