Allez au contenu, Allez à la navigation



Politique européenne de l'énergie

 

3. Les contraintes des énergies renouvelables

Il existe des limites techniques et pratiques à l'exploitation rentable des énergies renouvelables.

Physiquement, le potentiel d'équipement hydroélectrique est arrivé à saturation dans la plupart des pays européens. Les énergies éolienne et solaire connaissent d'importantes variations géographiques et sont intermittentes. La production de biomasse est en concurrence avec d'autres utilisations du sol, principalement à des fins agricoles. Les sources d'énergies renouvelables ne sont pas non plus dépourvues d'impacts environnementaux localisés : impact paysager pour l'éolien, émissions atmosphériques pour le bois combustible, présence de contaminants dans le biogaz de décharge, perturbation de l'écosystème local pour l'hydraulique...

Techniquement, certaines des sources d'énergies renouvelables sont intermittentes et imprévisibles (30 % seulement de la capacité énergétique d'une éolienne est utilisable en moyenne), et ne peuvent que servir d'appoint à des sources d'énergie thermique ou nucléaire fonctionnant en base. Leur essor nécessite par ailleurs de nouveaux investissements dans les réseaux énergétiques, et notamment dans le réseau électrique qui doit devenir autant collecteur que distributeur.

Financièrement, les seules lois du marché ne suffisent pas au développement des énergies renouvelables. Leurs technologies se caractérisent, comme le nucléaire, par un investissement élevé et de faibles frais de fonctionnement : leur coût global actualisé, c'est-à-dire calculé sur la durée d'amortissement, est donc très sensible au taux de rentabilité interne retenu, qui reflète le degré de préférence de l'investisseur pour le présent par rapport au futur.

Leur développement demandera donc un soutien financier public continu, tant que leurs avantages environnementaux et sociaux n'auront pas reçu de contrepartie économique, ou que les impacts négatifs des autres formes d'énergie - notamment les émissions de gaz à effet de serre - n'auront pas été intégrés dans leurs coûts. Au niveau communautaire, un programme de soutien baptisé « Énergie intelligente pour l'Europe » été lancé sur la période 2003-2006, doté d'un budget de 250 millions d'euros, ce qui est de l'ordre du symbolique.

Le total des investissements nécessaires dans l'Union européenne pour atteindre l'objectif d'un doublement des énergies renouvelables entre 1997 et 2010 est estimé par la Commission européenne à 165 milliards d'euros, ce qui correspondrait à une augmentation de 30 % du montant des investissements dans le secteur de l'énergie.