Allez au contenu, Allez à la navigation



Politique européenne de l'énergie

 

4. Les biocarburants : une solution d'avenir ?

Les biocarburants sont des substituts partiels aux hydrocarbures. L'éthanol est utilisé en additif à l'essence et l'esther méthylique d'huile végétale (le « biodiesel ») peut être utilisé en mélange dans le gazole ou pur comme en Allemagne. Des essais sont réalisés actuellement en Allemagne avec de l'huile végétale brute. En France, un programme d'expérimentation a été lancé sur les huiles végétales brutes à l'initiative de l'ADEME et la filière oléagineuse.

La directive 2003/30/CE du 8 mai 2003 a fixé pour norme européenne l'incorporation de 5,75 % de biocarburants dans l'essence et le diesel. L'objectif de la Commission européenne est de porter la part des biocarburants à plus de 20 % de la consommation européenne d'ici à 2020. L'Allemagne est aujourd'hui le premier producteur européen, avec 1,1 millions de tonnes par an ; la France arrivant en seconde position, avec 400 000 tonnes.

Les biocarburants sont issus de programmes lancés dans les années 1970 pour desserrer la contrainte pétrolière. Ils étaient jusqu'à tout récemment handicapés par des coûts trop élevés, mais le passage du baril de pétrole à plus de 60 dollars les rend plus compétitifs. Ils doivent cependant être soutenus par des fiscalités adaptées, largement compensées par les effets induits de telles filières (emplois, recettes sociales et fiscales et externalités environnementales).

Les biocarburants de première génération (biodiesel et éthanol) apportent une réponse partielle au défi de lutte contre l'effet de serre et à la dépendance énergétique. Cependant, pour atteindre des taux de pénétration supérieurs à 10 %, il faudra s'orienter vers de nouvelles ressources, l'espace agricole étant limité. La filière ligno-cellulosique, approvisionnée par des résidus de sylviculture ou de cultures dédiées, se positionnera à côté des cultures actuelles (oléagineux, céréales, betteraves). A partir de ligno-cellulose, deux voies peuvent être développées : le BTL (biomass to liquid), obtenu par gazéification et procédé fischertrop, utilisé comme carburant gazole, et la voie biologique permettant l'obtention d'éthanol.