Allez au contenu, Allez à la navigation



Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU)

 

III. CONSOLIDER LE BILAN DE L'ANRU

A. AMÉLIORER LE FONCTIONNEMENT DE L'AGENCE

1. Mieux communiquer

Afin de répondre aux reproches qui lui étaient adressés quant à son manque de transparence, l'ANRU a développé des efforts importants pour améliorer sa communication auprès de ses partenaires, des habitants et des élus.

Cette politique de communication a inclus dès novembre 2004 la mise en ligne d'un site internet, largement remodelé en décembre 2005, www.anru.fr, sur lequel sont publiés l'intégralité des conventions signées et un bilan du PNRU régulièrement mis à jour et d'un extranet dédié aux acteurs de la rénovation urbaine : porteurs de projet, maîtres d'ouvrage, délégations territoriales de l'ANRU, partenaires.

Une lettre d'information bimestrielle, « la lettre de la rénovation urbaine » est également un vecteur de la communication de l'agence qui prend aussi la forme d'opérations plus ciblées comme les Forums régionaux de la rénovation urbaine.

En 2006, l'agence a créée des lieux d'échanges entre les acteurs de la rénovation urbaine grâce aux forums interrégionaux des acteurs de la rénovation urbaine. Six « inter-régions » ont ainsi été définies et pour chacune d'elle, deux journées différentes doivent être organisées qui permettront d'aborder les questions essentielles que sont la conduite de projet et les actions de concertation.

Douze rencontres différentes doivent se tenir au cours de l'année 2006 depuis le mois de mars jusqu'en fin septembre pour se prolonger par les journées nationales de la rénovation urbaine à Paris, fin octobre 2006.

Au total, l'ANRU devrait consacrer 1,995 million d'euros aux opérations de communication en 2006.

Vos rapporteurs spéciaux se félicitent de ses actions qui doivent permettre de présenter, dans la plus grande transparence, les conditions d'intervention de l'ANRU et lever ainsi les doutes qui pourraient exister sur ses objectifs et son implication.

2. Mettre l'accent sur la maîtrise d'ouvrage

Une des lacunes majeures révélées par le PNRU concerne la maîtrise d'ouvrage au niveau local et la conduite de projet principalement dans les petites communes concernées.

Pour répondre à ce besoin, l'ANRU a décidé, en 2005, de mettre en place trois centres de ressource composés d'experts indépendants sur les thématiques suivantes :

- la conduite de la concertation ;

- la qualité urbaine ;

- le développement économique.

Dans leur champ de compétence respectif et sur décision du directeur général de l'agence qui agit sur sollicitation des partenaires ou du délégué territorial, les membres des centres de ressources ont pour mission :

- de mener à bien des expertises sur les projets qui présentent des difficultés dans leur phase d'élaboration ou de mise en oeuvre ;

- de participer en qualité d'experts, à des groupes de travail (contribution écrite avant réunion, participation / animation réunion) ;

- de préparer, et éventuellement de dispenser, des formations pour le compte de l'agence.

Cette initiative permettre d'aider les communes et EPCI dans le montage des projets et leur réalisation future. Dans le même sens, vos rapporteurs spéciaux souhaitent, la généralisation de la création d'équipes dédiées « rénovation urbaine » auprès des délégués territoriaux de l'ANRU selon une formule qui a été expérimentée dans certains départements, notamment en Seine-Saint-Denis où elle a donné de très bons résultats.