Allez au contenu, Allez à la navigation



La justice, de la gestion au management? Former les magistrats et les greffiers en chef

 

C. ENRICHIR LA POLITIQUE DE PARTENARIATS ET DE STAGES

La formation à la gestion des magistrats et des greffiers en chef doit pouvoir s'enrichir de nouvelles compétences, d'approches différentes et d'expériences encore plus diversifiées. De ce point de vue, la politique de partenariats et de stages mérite d'être encore densifiée pour aller chercher l'expertise en matière de gestion là où elle se trouve le plus développée : dans les écoles de commerce, les universités et les entreprises.

1. L'intérêt d'un rapprochement avec les écoles de commerce et les universités formant à la gestion

Votre rapporteur spécial estime que la politique de partenariats, déjà très dynamique, de l'ENM et de l'ENG peut gagner en valeur ajoutée par un rapprochement de ces deux écoles avec les écoles de commerce et les universités enseignant la gestion.

Ces établissements spécialisés dans le domaine de la gestion mènent, en effet, des travaux de recherche innovants auxquels pourraient être associés l'ENM et l'ENG sur des thèmes tels que la gestion publique, le management des services publics ou la gestion des ressources humains.

Parce qu'ils déploient des méthodes pédagogiques performantes, ces établissements pourraient également inspirer l'ingénierie pédagogique des écoles du ministère de la justice. Les formateurs de l'ENM et de l'ENG trouveraient, au contact et dans l'échange avec leur corps professoral, le moyen de perfectionner leur approche et d'approfondir leur réflexion sur les mécanismes régissant les relations entre le fond et la forme du message pédagogique, l'utilisation des outils pédagogiques, l'animation d'un groupe en formation...

Votre rapporteur spécial note, d'ailleurs, que l'ENM travaille d'ores et déjà sur une telle collaboration, avec l'école des Hautes études commerciales (HEC) et l'Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC), pour parvenir à l'implication d'enseignants de ces deux écoles dans la direction de certaines sessions de formation et favoriser les transferts de savoir-faire pédagogiques. Il suivra avec intérêt les suites qui seront données à ce projet, qui n'en est qu'à ses prémisses.

2. La fécondité des contacts avec le monde de l'entreprise

Votre rapporteur souhaite une ouverture plus large de la formation à la gestion au monde de l'entreprise, via les stages.

En matière de gestion, les problématiques des entreprises sont, plus souvent qu'on ne le croit, comparables, si ce n'est communes, avec celles du service public de la justice. Le contrôle de gestion, la définition de projets de service, l'optimisation des ressources humaines... sont autant de points de rencontres possibles, où les solutions adoptées par les entreprises peuvent inspirer la démarche des responsables des juridictions et des SAR.

Si des stages sont, déjà, proposés au sein de grandes entreprises du secteur public et privé, ces modules ne sont jamais spécifiquement ciblés sur les problématiques de gestion. Ils abordent, en règle générale, une série de thèmes, parmi lesquels la gestion, comme l'illustre le cas du stage « Veolia environnement » proposé dans le cadre de la formation continue de l'ENM pour 2006.

Le stage « VEOLIA ENVIRONNEMENT » :
un tour d'horizon d'ensemble des métiers et des enjeux de cette entreprise

Ce stage permet la découverte, au travers de visites de sites, des différents métiers et du fonctionnement d'une grande entreprise s'occupant d'environnement (eau, propreté, transport, énergie), et l'approche des questions relatives à l'environnement, au développement durable et à la gestion des risques dans chacune des divisions.

Lieu : Paris et sur sites

___________________________________________

Dates : 2 périodes : - du 13 au 17 mars 2006

- du 9 au 13 octobre 2006

___________________________________________

Public : 10 magistrats pour chaque période

Source : catalogue du programme de formation continue de l'Ecole nationale de la magistrature pour 2006

Votre rapporteur spécial considère que le stage en entreprise ne doit pas être traité comme un gadget ou un passage obligé dans un catalogue de formation, mais correspond, au contraire, à un véritable apport dans la formation des magistrats et des greffiers à la gestion, dès lors qu'il est précisément ciblé sur des problématiques bien identifiées et trouvant un échos au sein des juridictions.