Allez au contenu, Allez à la navigation



La justice, de la gestion au management? Former les magistrats et les greffiers en chef

 

CONCLUSION : FORMER À LA GESTION, PRÉPARER AU MANAGEMENT

La formation à la gestion tient, désormais, une place essentielle dans les enseignements dispensés aux auditeurs de justice, aux élèves de l'ENG ainsi qu'aux magistrats et aux greffiers en chef en fonction. Votre rapporteur spécial souhaite, à cet égard, souligner les efforts très significatifs engagés au cours des dernières années, au sein de l'ENM comme de l'ENG, pour prendre la mesure de ce nouvel impératif et l'inscrire dans des programmes déjà très chargés. La gestion n'est plus le « parent pauvre » de ces cursus.

A l'échelle de l'institution judiciaire, il s'agit là, à n'en pas douter, d'une révolution culturelle d'importance, qui marque autant le souci de s'adapter à la nouvelle donne budgétaire que la capacité à mener à bien ce défi. L'entrée en application de la LOLF explique, certes, en partie cette volonté, mais il faut également voir dans ce mouvement une véritable prise de conscience, l'émergence d'une nouvelle conception de cette fonction, au coeur du pacte républicain, qu'est la mission de rendre la justice.

Les acteurs de l'institution ne peuvent, désormais, plus se désintéresser des conséquences financières de leurs décisions. Et même si la justice n'est pas un service public comme les autres, elle doit, néanmoins, s'acquitter d'une préoccupation de gestion qui n'est, en définitive, qu'une garantie supplémentaire de sa bonne marche.

La diversification des profils recrutés, l'utilisation des nouvelles technologies (visioconférence et e-learning), le développement de la politique de partenariats, la diversification des stages constituent la prochaine étape à franchir, au service d'une formation à la gestion encore plus directement opérationnelle et pertinente. L'ENM et l'ENG y sont préparées, elles doivent maintenant s'y engager.

L'enjeu est de parvenir à faire évoluer cette formation. En effet, les juridictions n'ont plus seulement besoin de bons gestionnaires, elles attendent aussi de bons managers. La seule maîtrise des outils (tableaux de bord, connaissance des procédures...) n'est pas suffisante, et elle doit nécessairement s'accompagner d'une faculté à mener des équipes, à définir des projets de service, à gérer les conflits comme le changement, bref, en un mot, à gérer les hommes et les femmes. Passer de la gestion au management, tel doit être la nouvelle ambition pour la collectivité humaine que représente toute juridiction. La formation peut y aider.