Allez au contenu, Allez à la navigation



L'évolution des jeux de hasard et d'argent : le modèle français à l'épreuve

 

C. UNE FILIÈRE IMPORTANTE ET AIDÉE

1. Une activité qui compte

a) Des données disparates

Les sources de données relatives à la filière équine sont : le ministère de l'agriculture, les haras nationaux et ECU9(*), leur passionnante publication annuelle, et le PMU.

Les chiffres de différentes origines (ministère de l'agriculture, haras nationaux, PMU, ECU), ne coïncident pratiquement jamais, ce qui est parfaitement irritant. Il arrive même qu'ils se contredisent d'une page à l'autre tandis que l'étude de certains tableaux chiffrés (en particulier ceux traitant du sort du prélèvement légal sur le PMU) s'avère plus ardue que le déchiffrement des hiéroglyphes de la pierre de Rosette par notre compatriote Champollion !

PRINCIPALES DONNÉES CONCERNANT LES ÉQUIDÉS EN FRANCE

1. Les équidés en France

Ils sont au nombre de 450.000, soit 12,2 % des effectifs européens (6,9 millions) et 0,8 % des effectifs mondiaux (56,4 millions). La France figure au deuxième rang en Europe.

2. Les haras nationaux

Un établissement public (avec 86 millions d'euros de budget).

20 pôles hippiques.

22 délégations régionales.

132 centres techniques.

3. La reproduction

a) Etalons

En 2006 ils sont 6.250... + 27 % en 10 ans... 20 % dans les haras nationaux (HN). Il faut 200 poulains pour dénicher un étalon.

b) La monte

950 étalons.

Jument saillies : 92.960 en 2005 (dont 26.800 aux HN), 90 % par insémination artificielle (sauf pour les pur-sang).

Un éjaculat permet 40 inséminations.

Le prix de la saillie dépend des frais de service, du coût amorti du cheval, et surtout de la cote de l'étalon.

Le record de prix appartient à une saillie de

« Sadler's Wells » à Coolmare

305.000 euros !!!

4. Les sports équestres

Centres équestres : 5.900

4e discipline sportive en France avec 462.498 licenciés.

15.000 épreuves sportives par an.

Eleveurs : 43.547 en 2005.

Carrière d'un pur sang : 10 ans.

5.722 naissances de pur-sang en 2004 (+ 24 % en dix ans).

5. Le commerce

- Commerce de chevaux : 300 commerçants.

- Prix moyen : 36.824 euros- Prix record : 1.372.041 euros.

- 2005 : présentés 2.161 - vendus : 1.516.

Le cheval de trait

33.000 poulinières

1.500 têtes exportées

9 races de trait

7 races d'ânes

Sports et loisirs

35.000 poulinières

40.000 chevaux vendus/an

5.900 centres équestres

Pratiquants : plus d'1 million.

Les Courses

24.000 poulinières

30.000 chevaux à l'entraînement

b) De nombreux emplois

Dans le « rapport I », il était fait état, en 2001, de 52.524 emplois ETP (équivalent temps plein) pour l'ensemble de la filière cheval.

Les derniers chiffres disponibles, publiés en 2005, et arrêtés fin 2004, sont les suivants. Ils permettent d'apprécier l'état de santé de la filière.

Répartition des emplois de la filière cheval

 

2001

2005

1. Organismes responsables et rattachés

- Administrations et établissements publics

1.068

2.046

- Organisation des courses

1.065

1.246

- Organisation des paris

17.648

19.363

- Activités hippiques

162

550

Total

19.943

23.885

2. Professions au contact du cheval

- Eleveurs

-

7.403

+ 812 ETP non salariés

- Entraîneurs et personnel salarié

-

3.800

- Centres équestres

-

7.508

+ 3.379 ETP non salariés

- Cavaliers

-

4.453

- Vétérinaires

-

1.600

- Marchands

-

1.600

- Commerce

-

200

Total

27.390

31.615

3. Activités non spécifiques (transports, assurance, presse, etc)

5.211

5.397

Source : ministère de l'agriculture

La filière cheval mobilise, au total, quelque 61.000 emplois (60.897), contre 52.524 en 2001.

Cette croissance d'emploi appréciable (+ 16 %) justifie pleinement les efforts de l'Etat en faveur de ce secteur.

* 9 ECU : publication annuelle de l'UNIC (Union nationale interprofessionnelle du cheval).