Allez au contenu, Allez à la navigation



L'évolution des jeux de hasard et d'argent : le modèle français à l'épreuve

 

2. La situation des groupes en 2001

Fin 2001, il existait 173 casinos, huit groupes principaux, quelques petits groupes et des casinos indépendants de moins en moins nombreux.

La hiérarchie du moment était :

Classement des casinos français

 

Groupe

Casinos

Chiffre d'affaires
(en millions d'euros)

1

Partouche

26

254,8

2

Européenne de casinos

18

233,9

3

Tranchant

16

124,8

4

Accor

14

119,8

5

Lucien Barrière

13

96,0

En termes de parts de marché la situation était la suivante :

Parts du marché français des différents groupes

 

Groupe

Parts de marché

1

Partouche

19,1 %

2

Lucien Barrière

16,7 %

3

Accor Casinos

10,1 %

4

Européenne de casinos

8,8 %

5

Tranchant

8,5 %

6

Didot Bottin

4,5 %

7

Moliflor

4,5 %

8

Emeraude

2,2 %

 

Total des groupes

74 %

 

Casinos indépendants

25,9 %

La croissance rapide des groupes a réduit proportionnellement la part des casinos indépendants : ceux-ci, en 1996, réalisaient 85 % du produit brut des jeux (PBJ) ; en 2002, 10,24 % et en 2005, 9,28 %.

En 1985, il y avait 13 groupes ; en 2001, 8 possédant 110 casinos et 70 % du PBJ.

En 2005 les indépendants étaient 26 avec 1.965 machines à sous et 259,4 millions d'euros de PBJ.

Le rapport I - 2002 (pages 146 et 147) décrivait les premières opérations de regroupement, tentées ou réussies, et les restructurations internes à la profession :

- Accor Casinos affirmait son appétit d'acquisitions de petits casinos ;

- Moliflor, renforcé par son absorption (46,4 millions d'euros) par le groupe Prudential et son adossement à Bank of Scotland et aux fonds de pension britanniques, n'a pas poursuivi sa politique d'expansion des années 1999-2003 ;

- Georges Tranchant procédait à des acquisitions ;

- la SHC Deauville de Lucien Barrière abandonnait (provisoirement) les échanges de participation avec Accor Casinos qui possédait, en 2000, 35 % de son capital.

D'importantes opérations pourraient alors être envisagées avec Européenne de casinos, Accor, Moliflor et Tranchant, dans un climat euphorique, sous-tendu par les résultats exceptionnels des casinos.

3. La situation des groupes en 2005

Pour les casinos de métropole et d'outre mer, la situation, le 31 octobre 2005, se caractérisait ainsi :

Situation des casinos français à la fin 2005

 

Groupe

Casinos

Machines

PBJ

Marché

1

Barrière-Accor

32

5 187

811,4

31,1 %

2

Partouche

51

5 676

708,1

27,1

3

Moliflor Loisirs

20

1 705

243,1

9,3

4

Tranchant

17

1 598

219,1

8,4

5

Emeraude

9

578

51,2

2

6

Cogit

8

609

75,7

2,9

7

Viking

6

310

nc

nc

8

Arevian

6

315

nc

nc

9

Malortigue

4

340

nc

nc

10

Meyrieu

3

225

nc

nc

11

Aupiais

3

240

nc

nc

12

Hirigoyen

3

164

nc

nc

 

Casinos Indépendants

33

3 323

395,8

15,6 %

PBJ et parts de marché au 31.10.2004.

Source : Natexis Banques Populaires

NB : à cette date, Didot Bottin représentait 4 casinos - 94,2 millions d'euros de PBJ et 3,6 % de parts de marché.

Selon une autre source, celle de la direction des libertés publiques, les parts de marché des différents groupes étaient les suivantes à la même date (31 octobre 2005) :

Parts de marché selon le ministère de l'intérieur

(en pourcentage)

 

Groupe

Parts de marchés

1

Partouche

30,36

2

Lucien Barrière

28,39

3

Moliflor

8,98

4

Tranchant

8,37

5

Cogit

2,92

6

Barrière-Desseigne

2,69

7

Emeraude

2,11

8

Tahoe

1,31

9

Aupiais

1,29

10

Meyrieu

1,23

11

Vikings

1,08

12

Arevian

0,66

13

Audiffren

0,56

14

Hirigoyen

0,44

15

Corbier

0,35

16

Indépendants

0,28

Quant au PBJ des cinq premiers groupes de casinos, il atteignait les chiffres ci-dessous :

Produit brut des principaux casinos

(en millions d'euros)

Groupe

PBJ total

Partouche

796.973.281

Lucien Barrière

746.227.060

Moliflor Loisirs

243.078.240

Tranchant

221.549.362

Cogit

75.722.042