Allez au contenu, Allez à la navigation



Logement en outre-mer : passer du discours à la réalité

 

2. Un exemple d'habitat dégradé : la Guadeloupe

Le cas de la Guadeloupe est sensiblement différent de celui de la Guyane. On peut le diviser en deux catégories :

- des zones insalubres, provoquées par l'exode rural massif vers les villes et les bourgs lié à la fermeture des usines à sucre. Des terrains de l'Etat, des collectivités territoriales et même des terrains privés (souvent de mauvaise qualité et situés dans des zones à risques) sont alors occupés par des populations avec peu de moyens. Très peu de propriétaires occupent ces zones. Sur ces terrains sont édifiées des constructions de mauvaise qualité (des cases en bois et tôle ne dépassant pas 10 m²). Dans un deuxième temps, un exode des plus jeunes vers la France métropolitaine entraîne un vieillissement général des populations vivant dans les zones insalubres. Les personnes âgées n'entretiennent pas leur logement par manque de capacité tant physique que financière. Dans certains cas, les cases sont louées aux immigrés, souvent en situation irrégulière ;

- des zones d'habitat extrêmement dégradées, en raison de l'absence de travaux d'entretien, situés en périphérie des villes de Pointe-à-Pitre et des Abymes.

Commune des Abymes, juin 2006

Source : Sénat

Zone insalubre, Guadeloupe, juin 2006

Source : SénatBarre HLM, commune des Abymes, juin 2006

Source : Sénat

De manière générale, selon les informations fournies à votre rapporteur spécial, le parc de logements insalubres ou sous-équipés, qui est en diminution en Martinique et en Guadeloupe, continue à augmenter en Guyane, à la Réunion et à Mayotte.

A titre personnel, votre rapporteur spécial estime que la situation, telle qu'il a pu la voir sur le terrain, est en tout état de cause indigne de la République. Il tient à rendre un hommage tout particulier aux personnels qui, sur place, montent et suivent les opérations de réhabilitation des espaces urbains, et qui ont su lui faire partager toutes les difficultés de leur mission.