Allez au contenu, Allez à la navigation



Le Palais de la découverte : un condensé de dysfonctionnements administratifs et politiques

 

3. L'ancienneté de la muséograhie : « un musée stérilisé dans l'immobilité » ?

« La muséographie est obsolète et traduit un mépris de la nature et de l'identité du bâtiment...le matériel de manipulation est ancien et souffre de nombreuses avaries et indisponibilités », tels sont les constats de la mission des trois inspections conduite en 2006.

Certaines expositions permanentes datent de ... 1937 comme la salle d'optique, qui présente aujourd'hui sans aucun doute un intérêt historique. 80 % des expositions présentées dans les galeries permanentes ont plus de 20 ans. Le faible renouvellement des expositions est une réalité.

Or Jean Perrin avait évoqué le risque d'un « musée stérilisé dans l'immobilité » en l'absence d'un renouvellement constant. Cette défaillance a des répercussions sur la muséographie :

- d'une part, sur la forme, les nouvelles technologies sont peu utilisées, ce qui implique une interactivité peu développée. Or les exemples étrangers montrent un usage intensif de l'interactivité grâce aux nouvelles technologies ;

- d'autre part, sur le fond, certaines disciplines ne sont pas représentées au Palais de la Découverte, telles que l'astrophysique, la cryptologie, le cerveau, les nanotechnologies.