Allez au contenu, Allez à la navigation



Finlande : le bon élève des systèmes éducatifs occidentaux peut-il être un modèle ?

 

D. L'ÉLÈVE : AU CENTRE D'UN DISPOSITIF ORGANISÉ POUR SA RÉUSSITE ET SON ÉPANOUISSEMENT

1. A l'école de s'adapter à l'élève

Le système éducatif finlandais est fondé sur le principe suivant : l'élève ne doit pas s'adapter à l'école mais l'école doit s'adapter à l'élève.

Ainsi qu'il sera précisé et illustré ci-après, de ce principe découlent l'organisation du système éducatif et les méthodes pédagogiques employées au sein des établissements, mais aussi la formation des enseignants.

2. L'orientation pédagogique et éducative au coeur du projet

Durant les six premières années de l'enseignement fondamental, l'orientation est intégrée dans l'enseignement ordinaire, mais au collège et au lycée, le cursus inclut des heures spécifiques obligatoires pour l'orientation pédagogique et éducative.

D'après les informations fournies à votre délégation par Mme Kristina Kaihani-Salminen, conseillère d'éducation, responsable de l'éducation dans les établissements secondaires, au collège, 2 heures sont consacrées à l'orientation, avec l'aide d'un professeur spécialisé. Sont organisés : des visites d'entreprises, la projection de films sur les métiers, des entretiens individuels avec l'élève et ses parents sur ses centres d'intérêt et ses objectifs.

En outre, des intervenants extérieurs participent à des journées professionnelles.

Un « professeur d'orientation » s'occupe d'environ 150 élèves. Ils sont à la fois enseignants dans une discipline et conseiller d'orientation, une partie de leurs études étant consacrée à ce thème. Toutefois, ainsi qu'il a été dit à votre délégation, les entretiens individuels sont plus rares au sein des grands lycées où l'anonymat règne davantage.

En 8e ou 9e année, les élèves doivent effectuer un stage, respectivement de 1 et 2 semaines, en général. Les municipalités centralisent l'organisation des stages mais l'élève peut aussi s'en occuper seul.

Certains interlocuteurs rencontrés par votre délégation se sont cependant inquiétés du caractère précoce de l'orientation des élèves finlandais. En effet, compte tenu du caractère modulaire de l'enseignement au lycée - qui sera exposé ci-après - il est souhaitable de connaître son orientation dès l'âge de 15 ans, au risque sinon de voir des portes se fermer. Ce risque est certes atténué par la possibilité de modifier les modules choisis, y compris en 1ère et en terminale. En réalité, il appartient à chaque élève de gérer sa prise de risque.