Allez au contenu, Allez à la navigation



Les effets sur la santé et l'environnement des champs électromagnétiques produits par les lignes à haute et très haute tension

 

2. Les transports électrifiés

Les réseaux ferroviaires électrifiés apparaissent comme d'importants pourvoyeurs d'exposition des professionnels et des particuliers.

L'étude Expers d'exposition de la population a notamment montré que l'usage des transports électrifiés était l'une des raisons notables des différences d'exposition entre adultes et enfants.

La SNCF a fourni des données relativement précises à l'AFSSET et a, par ailleurs, été auditionnée par votre rapporteur.

Dans une cabine de conduite de TGV, le champ est de 12,5 uT, et peut atteindre 37,5 uT dans une cabine de TGV double à pleine vitesse. Dans les autres types de motrices, les champs sont, comparativement, plus faibles et compris entre 1,25 et 6,25 uT. Il s'agit d'une exposition professionnelle subie par le conducteur. Significative, elle reste largement inférieure aux normes en vigueur.

Les passagers sont exposés à un champ de l'ordre de 7 uT à bord du TGV Atlantique et de 2,5 uT à bord du TGV duplex Méditerranée, cette dernière valeur étant plus basse en raison de sa structure en aluminium.

Selon une étude américaine réalisée en 1993 dans la perspective d'une éventuelle exportation du TGV, le champ à proximité des voies avait été évalué à 0,7 uT et à 0,59 uT en gare.

3. Les lignes électriques à haute et très haute tension

On considère qu'une ligne est à haute tension à partir de 50.000 V. 400 kV est la tension maximale des lignes en France. A l'étranger, notamment pour le transport à très grande distance, existent des lignes de 1 million de volts et plus.

Ce n'est pas la tension « nominale » de la ligne qui crée le champ magnétique mais l'ampérage, c'est-à-dire l'importance du courant qui passe effectivement dans la ligne. Même si une ligne à haute tension est destinée à transporter une quantité importante d'électricité, celle-ci varie en fonction de sa position dans le réseau, de la période de l'année et de celle de la journée.

A la sortie d'une centrale produisant en continu, une centrale nucléaire par exemple, la charge est stable. En revanche, elle va connaître des à-coups importants à la sortie d'une source discontinue comme un barrage hydroélectrique, des éoliennes ou une centrale à gaz mise en service pour faire face à un pic de consommation.

Elle peut aussi ne servir que ponctuellement, comme la ligne Cusset-Vénissieux, dans les environs de Lyon, qui n'est utilisée en secours que 30 jours par an environ.

Placée aux abords d'une agglomération, la charge de la ligne variera en fonction de la consommation : dans la journée, dans la semaine et en fonction des saisons.

Les mesures effectuées in situ sont alors extrêmement parlantes, les graphiques montrent la baisse de charge au cours de la nuit et le pic de consommation du soir. Elles montrent aussi d'éventuels reports de charge ou sur l'année l'évolution de la consommation en fonction de la luminosité et de la température par exemple.

Mais la ligne de transport d'électricité obéit également à des contraintes techniques et opérationnelles qui sont fonction de la température extérieure et de la nécessité de minimiser les pertes d'électricité au cours du transport, essentiellement par la chaleur diffusée.

Ce cadre général une fois dessiné, il convient de connaître l'ordre de grandeur des champs électriques et magnétiques émis par les lignes à haute et à très haute tension.

Exemples de champs électriques et magnétiques à 50 Hz pour des lignes électriques aériennes (Source RTE) :

 

Champs électriques (V/m)

Champs magnétiques (uT)

 

Sous la ligne

A 30 m

A 100 m

Sous la ligne

A 30 m

A 100 m

400 kV

5 000

2 000

200

30

12

1,2

225 kV

3 000

400

40

20

3

0,3

90 kV

1 000

100

10

10

1

0,1

20 kV

250

10

-

6

0,2

-

230 V

9

0,3

-

0,4

-

-

Les champs magnétiques sont plus faibles pour des lignes enterrées (source RTE) :

 

Câbles en nappe

Câbles en trèfle

 

A l'aplomb

A 5 m

A 20 m

A l'aplomb

A 5 m

A 20 m

225 kV

20 uT

4

0,3

6

1

0,1

63 kV

15 uT

3

0,2

3

0,4

-

Les transformateurs destinés à abaisser ou à élever la tension sont une seconde source d'exposition de la population liée au transport de l'électricité. A proximité, le champ est de l'ordre de 20 à 30 uT.