Allez au contenu, Allez à la navigation



Services à la personne : bilan et prospective

30 juin 2010 : Services à la personne : bilan et prospective ( rapport d'information )
(2) Aspects pécuniaires

Dans tous les cas, les rémunérations devront être suffisamment attractives, ce qui renforce la nécessité d'une professionnalisation susceptible de faciliter la réalisation de gains de productivité « en qualité » (infra).

D'ores et déjà, il semblerait que les rémunérations soient un peu plus élevées qu'il n'est communément admis. A cet égard, l'Agence nationale des services à la personne (ANSP) a publié les résultats de son « Baromètre de la qualité et de la professionnalisation des emplois de services à la personne »104(*), dont il ressort que le taux horaire de rémunération pour l'ensemble des activités de services à la personne, en moyenne de 10 euros net par heure, correspond à un niveau, après intégration des congés payés, supérieur de 30 % à celui du SMIC.

Concernant les deux plus importantes catégories de services à la personne (travaux domestiques et assistance aux publics fragiles), le taux horaire de rémunération, en moyenne de 9 euros net par heure, correspond à un niveau, après intégration des congés payés, qui excède encore de 18 % celui du SMIC.

Ces chiffres doivent être relativisés en raison, d'une part, du temps partiel subi - le salaire moyen du secteur s'élève à 690 euros nets mensuels - et, d'autre part, des frais et du temps de transport pour se rendre successivement aux domiciles de particuliers, de nature à obérer très sérieusement la marge excédant - le cas échéant - le SMIC.

L'INTRODUCTION D'UN MINIMUM DE BRANCHE EN ALLEMAGNE

S'il n'existe pas de politiques de formation ou de valorisation pécuniaire du secteur du service à la personne dans son ensemble, des efforts ont été faits en Allemagne pour augmenter l'attractivité des emplois dans le service aux personnes dépendantes, en particulier :

- par la formation de chômeurs,

- par l'introduction attendue d'un salaire minimum de branche (il n'existe pas de salaire minimum généralisé en Allemagne) : la commission mise en place par le gouvernement a conseillé fin mars 2010 l'introduction d'un salaire minimum qui s'appliquerait de façon obligatoire à l'ensemble de la branche des soins et dépendance : celui-ci s'élèverait à 8,50 € à l'Ouest (7,50 € à l'Est) à partir du 1er juillet puis devrait progresser à 9 € en juillet 2013 (8 € à l'Est).

Source : Services économiques des Ambassades


* 104 Première édition du Baromètre de la qualité et de la professionnalisation des emplois de services à la personne, 31 mai 2010.