Allez au contenu, Allez à la navigation



Faut-il revoir la loi sur les jeux en ligne ?

12 octobre 2011 : Faut-il revoir la loi sur les jeux en ligne ? ( rapport d'information )

C. DES OPÉRATEURS ENCORE FRAGILES DANS UN MARCHÉ À TENDANCE OLIGOPOLISTIQUE

Ainsi que le précise l'article 3 de la loi du 12 mai 2010, la politique de l'Etat français en matière de jeux d'argent et de hasard « a pour objectif de limiter et d'encadrer l'offre et la consommation des jeux et d'en contrôler l'exploitation » afin d'assurer le respect des différentes dimensions de l'ordre public et social. Le postulat d'une ouverture encadrée implique donc que la politique des jeux n'a pas vocation à garantir la rentabilité des opérateurs. Pour autant, la protection des joueurs est tributaire de l'attractivité de l'offre légale, et donc de la capacité des principaux acteurs du marché à accéder à une rentabilité pérenne, dans des conditions de concurrence satisfaisantes.

1. Une activité très déficitaire en 2010, année atypique

L'année 2010, du fait de l'ouverture, était nécessairement atypique et peu significative. Elle a induit pour les opérateurs un niveau élevé de dépenses de fonctionnement (notamment en vue de l'obtention de l'agrément et de l'homologation du logiciel de jeu) et des investissements exceptionnels en marketing et publicité dans une phase de quête de visibilité et d'acquisition rapide de parts de marché.

D'après une étude conduite par Kantar Media et publiée fin janvier 2011, les opérateurs ont ainsi investi en 2010 194,4 millions d'euros en publicité et sponsoring61(*). Selon le livre blanc de l'AFJEL, les principaux opérateurs de paris sportifs ont dépensé 106 millions d'euros en publicité entre juin 2010 et mars 2011.

Tous les opérateurs, à l'exception du duopole historique dont l'activité en ligne est encore très minoritaire, ont ainsi enregistré des résultats d'exploitation négatifs. Les données individuelles ne sont pour la plupart pas publiques, mais l'ARJEL a établi l'estimation agrégée suivante des données financières de chaque secteur :

Compte de résultat simplifié par secteur d'activité de juin à décembre 2010

(en millions d'euros)

 

Paris sportifs

Paris hippiques

Poker

Total trois secteurs

Mises

448

459

4 117

5 024

PBJ hors bonus

79

99

139

317

PBJ bonus inclus

65

88

103

256

Prélèvements obligatoires et TVA

- 42

- 70

- 54

- 166

Dépenses de marketing
et de publicité

- 60

- 21

- 72

- 153

Frais de structure

- 31

- 23

- 46

- 100

Résultat d'exploitation

- 67

- 26

- 68

- 161

En % du PBJ hors bonus

85 %

26 %

49 %

51 %

Source : ARJEL

On constate que le montant global des pertes d'exploitation est très élevé puisqu'il représente la moitié du PBJ hors bonus. Les disparités sont cependant fortes entre les secteurs, les paris sportifs étant particulièrement affectés puisque les pertes d'exploitation ont été équivalentes au PBJ bonus inclus, c'est-à-dire au chiffre d'affaire net.


* 61 Dont 37,9 millions d'euros pour la Française des jeux, 29,6 millions d'euros pour le PMU, 27,3 millions d'euros pour Betclic, 21 millions d'euros pour Bwin, 19,9 millions d'euros pour Winamax, 11,7 millions d'euros pour PokerStars et 11,3 millions d'euros pour EurosportBet.