Allez au contenu, Allez à la navigation

Lutter contre les stéréotypes sexistes dans les manuels scolaires : faire de l'école un creuset de l'égalité

19 juin 2014 : Lutter contre les stéréotypes sexistes dans les manuels scolaires : faire de l'école un creuset de l'égalité ( rapport d'information )
3. Une transversale : intégrer la transmission des valeurs d'égalité dans toutes les disciplines

Comme la pratique sportive, toutes les disciplines et tous les enseignements, qu'il s'agisse de l'histoire, du français, des mathématiques ou d'enseignements plus spécialisés, sont potentiellement porteurs de stéréotypes.

C'est donc chaque enseignant, dans sa matière, qui peut être le vecteur d'une culture de l'égalité.

Ainsi, un exercice de mathématiques qui proposerait d'agréger des ustensiles de cuisine et des outils mécaniques peut-il être bien plus efficace pour éveiller le regard critique de l'enfant qu'une « leçon » sur l'orientation des filles et des garçons.

« On n'enseigne pas l'égalité en faisant des conférences », rappelait Fanny Lignon, enseignante-chercheure, maîtresse de conférences à l'université Lyon I, lors de la table-ronde du 15 mai 2014.

À cet égard, une des recommandations du rapport d'information de notre délégation sur la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel, « Prostitution : la plus vieille violence du monde faite aux femmes »65(*), formule le souhait que l'égalité entre les hommes et les femmes s'insère dans les programmes d'enseignement de l'école, du collège et du lycée, et dans toutes les disciplines (recommandation n° 6)

C'est bien l'objectif de la démarche des ABCD de l'égalité, dont l'adjointe à la cheffe du Service des droits des femmes et de l'égalité entre les hommes et les femmes, en charge des ABCD de l'égalité au ministère des droits des femmes66(*) rappelait « qu'il ne s'agit pas d'ajouter des modules de cours dans les programmes scolaires, mais bien de proposer des séquences pédagogiques produites par les enseignants eux-mêmes ». En effet, il n'est plus utile, aujourd'hui, d'élaborer de nouveaux guides ou séquences pédagogiques - qui sont déjà légion - mais bien d'intégrer la question dans les programmes disciplinaires classiques, notamment au travers du choix d'exemples non sexistes.

4. Une base : les ABCD de l'égalité

« Nous savons, à l'Éducation nationale, que de grandes intentions ont souvent été portées sans qu'elles soient suivies d'une traduction opérationnelle cohérente, pensée et intégrée », a reconnu la conseillère technique en charge des ABCD de l'égalité au cabinet du ministre de l'Éducation nationale, lors de la table ronde du 20 février 2014.

Le constat est, en ce sens, unanime. Beaucoup d'enseignants sont investis sur le terrain et se sont appropriés la thématique, qu'ils s'appliquent à transmettre à leurs collègues. Mais il manque un pilotage efficace qui permette de systématiser les choses. Les ABCD de l'égalité doivent répondre à cette exigence d'opérationnalité.

Le programme est effectivement piloté, il intègre un module de formation des formateurs et de chacun des enseignants engagés dans le programme.

Lancée en septembre 2013, l'expérimentation des « ABCD de l'égalité » est menée conjointement par le ministère de l'Éducation nationale et le ministère des Droits des femmes, en partenariat avec le Conseil national de documentation pédagogique (CNDP). Déployée dans plus de 600 classes de dix académies volontaires - Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Corse, Guadeloupe, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Rouen, Toulouse - elle doit être évaluée en septembre 2014 pour que sa généralisation puisse être envisagée.

En pratique, les ABCD de l'égalité consistent en un ensemble d'outils pédagogiques destinés aux enseignants. Il s'agit notamment de :

- fiches illustrées, rattachées à différentes matières du programme de primaire (littérature pour la jeunesse, histoire des arts, etc.), utilisables dans le cadre d'une séquence d'enseignement ;

- grilles d'observation des relations entre les élèves dans la classe et dans la cour de récréation ;

- mais aussi de conférences, consultables sur le site Internet alimenté par le CNDP.

À l'heure où Nicole Abar s'exprimait devant notre délégation, le 15 mai 2014 :

- 300 établissements (classes de primaire et de maternelle) étaient engagés officiellement dans le programme ;

- 600 professeur-e-s des écoles et 400 formateurs/formatrices67(*) étaient acteurs du programme ;

- le site du CNDP-CANOPÉ « ABCD de l'égalité » était opérationnel, avec les parcours pédagogiques, les vidéos des conférences et les différents liens indiqués comme ressources pédagogiques, auxquels il fallait ajouter des vidéos trouvées sur le Net, comme la conférence de Pascal Huguet68(*) au Collège de France ou celle de Catherine Vidal69(*) sur le cerveau.

Les réactions des enseignants sont toutes très encourageantes car ils constatent les effets sur les élèves. Pour les élèves comme pour les enseignants, l'objectif est uniquement d'ouvrir le regard et de donner la possibilité de remettre en question l'ordre établi.

Comme le disait Nicole Abar70(*), « dès que vous arrivez à leur faire comprendre que « ce n'est pas juste », vous avez gagné », en citant l'exemple d'un enseignant de Fécamp qui travaille sur les sagas familiales : « Lorsqu'il raconte qu'à une époque les petites filles n'allaient pas à l'école, tous les élèves trouvent cette situation injuste ».

La stigmatisation qui a été faite de ce beau projet, par des accusations sans lien avec la réalité du dispositif, nous paraît donc d'autant plus critiquable qu'il était en train de trouver son rythme et de prouver son efficacité.

Or, les informations qui nous parviennent à l'heure de la publication de ce rapport ne sont pas rassurantes : la circulaire de rentrée, publiée le 20 mai 2014, ne mentionne pas expressément le dispositif.

Notre délégation estime que, visant à « transmettre des valeurs d'égalité et de respect entre les filles et les garçons », reposant sur tous les acteurs de la communauté scolaire, déployé dans les écoles primaires et maternelles et irriguant tous les programmes et toutes les disciplines, ce dispositif, qu'on appelle « ABCD de l'égalité » ou qu'il porte un autre nom, doit être généralisé et amplifié.

Comme elle l'a déjà fait dans le rapport d'information précité « La prostitution : la plus vieille violence du monde faite aux femmes », adopté le 5 juin 2014, la délégation formulera en ce sens une de ses dernières recommandations.

Comme le rappelait Florence Robine71(*), ancienne rectrice de l'académie de Créteil, et nommée directrice générale de l'enseignement scolaire en mai 2014 : « la mobilisation en faveur de l'égalité est encore trop souvent une affaire de personnes ».

Un professionnel investi dans telle ou telle académie peut impulser une dynamique positive, comme l'inverse, hélas. Sans se satisfaire de ce constat, notre délégation estime que les projets exemplaires doivent servir de moteurs pour les autres établissements.

Le déplacement de la délégation dans un établissement de Villetaneuse le 26 mars 201472(*) l'a confirmé : c'est bien souvent au niveau des établissements que se créent les dynamiques collectives.

Aussi notre délégation propose-t-elle que les établissements « modèles » en termes d'égalité filles/garçons soient reconnus et servent d'exemples pour les autres, par exemple par le biais d'un « prix » que le ministère décernerait à un projet d'établissement-modèle, à l'aune de l'égalité filles-garçons, chaque année.

Ce sera le sens de notre dernière recommandation.


* 65 « Prostitution : la plus vieille violence du monde faite aux femmes », rapport n° 590 (2013-2014) fait au nom de la délégation par Mme Brigitte Gonthier-Maurin, présidente, sur la proposition de loi adoptée par l'Assemblée nationale renforçant la lutte contre le système prostitutionnel (n° 207, 2013-2014), consultable à l'adresse www.senat.fr/notice-rapport/2013/r13-590-notice.html.

* 66 Lors de son audition par la délégation le 20 février 2014 dans le cadre de la table ronde « Établir un diagnostic partagé et tracer les pistes de réflexion » déjà citée.

* 67 Sur la base d'une estimation de 40 personnes par académies.

* 68 www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/symposium-2012-11-20-16h15.htm

* 69 www.tedxparis.com/talks/catherine-vidal-le-cerveau-a-t-il-un-sexe/

* 70 Auditionnée par la délégation le 15 mai 2014 dans le cadre de la table ronde précitée.

* 71 Auditionnée le 21 mai 2014 sur le thème de l'éducation à la sexualité, dans le cadre de l'audition rapporteure organisée par Mme Brigitte Gonthier-Maurin, présidente, auteure du rapport précité « La prostitution : la plus vieille violence du monde faite aux femmes » consultable à l'adresse : www.senat.fr/notice-rapport/2013/r13-590-notice.html

* 72 Déplacement organisé par Mme Brigitte Gonthier-Maurin, présidente, dans le cadre de la préparation du rapport précité.