Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information



Retour Sommaire Suite

C. UNE RÉSORPTION DIFFICILE DES DÉSÉQUILIBRES AFFECTANT LA SOCIÉTÉ CALÉDONIENNE : LE RÉÉQUILIBRAGE ÉCONOMIQUE RESTE À FAIRE

En l'absence de rééquilibrage économique, en particulier en faveur de la province Nord, la Nouvelle-Calédonie, huit ans après l'entrée en vigueur du statut issu des accords de Matignon, continue donc de faire face à ses handicaps structurels :

- le déséquilibre spatial semble s'être accru à la lecture des premières données du recensement de 1996 ;

- le poids des transferts publics dans la formation de la richesse du territoire s'est développé en l'absence d'un véritable relais du secteur privé ;

- le déséquilibre communautaire et social semble ne devoir se réduire que lentement.

1. Un déséquilibre spatial accru

Le taux de progression de la population calédonienne, qui atteint en moyenne autour de 20 % sur la période 1989-1996, n'a pas été homogène sur l'ensemble du territoire. La province Sud affiche, en effet, un taux supérieur (+ 20,4 %). La province Nord (+ 19,9 %) ne se situe dans l'exacte moyenne que grâce au développement du nouveau pôle administratif de Koné-Ponembout.

Quant aux îles Loyauté, le taux d'accroissement de leur population n'est que de + 16,6 %.

L'analyse des soldes migratoires internes par grandes zones géographiques révèle ainsi un fort mouvement de "banlieurisation" autour de Nouméa. La périphérie de la capitale du territoire a incontestablement reçu une importante population en provenance du centre-ville.

Toutefois, le solde positif enregistré par les communes de Dumbéa, Païta et Mont-Dore s'alimente aussi aux départs nets de population qui affectent la côte est de la province Nord et les Iles Loyauté, deux zones à peuplement presque exclusivement mélanésien, ainsi que la partie rurale de la province Sud.

Seule la côte ouest, dans la province Nord, bénéficie d'un solde migratoire interne légèrement positif, vraisemblablement du fait de l'attractivité artificielle du pôle administratif Koné-Pouembout.

Soldes migratoires internes par grandes zones géographiques

Zones géographiques

Arrivées

Départs

Solde

Nord (côte ouest)

1.428

1.108

+ 320

Nord (côte est)

1.198

1.660

- 462

Iles

1.178

1.788

- 610

Sud (rural)

1.228

1.535

- 307

Sud (périphérie de Nouméa)

8.396

2.699

+ 5.697

Sud (Nouméa)

5.294

9.932

- 4.638

Ensemble des déplacements internes

18.722

18.722

0

NB: Ce tableau est réalisé à partir des déclarations des personnes recensées (question 10 du bulletin individuel). Il ne concerne que les mouvements migratoires internes au territoire (personnes présentes en 1989 et en 1996).

Source : ITSEE

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli