Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information



Retour Sommaire Suite

III. L'ARMATURE ECONOMIQUE

Le rééquilibrage du territoire de Nouvelle-Calédonie repose enfin, dans le statut de 1988, sur la mise en oeuvre des contrats de développement ainsi que de structures spécifiques de soutien à l'action économique.

A. LA DÉFINITION D'OBJECTIFS PHYSIQUES AMBITIEUX DANS LE CADRE DES CONTRATS DE DÉVELOPPEMENT ET DU CONTRAT DE VILLE DE NOUMÉA.

Le statut du 9 novembre 1988, issu des accords de Matignon, fixe des objectifs de développement économique et social et pose le principe d'un rééquilibrage au profit de la population mélanésienne.

Dans cette optique, il met en oeuvre plusieurs instruments.

1. Les objectifs

Ils sont fixés à l'article 85 de la loi référendaire :

1) Faciliter l'accès de tous aux formations initiales et continues et adapter celles-ci aux particularités du territoire, telles qu'elles résultent, notamment, de la diversité de ses cultures. Cet objectif pouvait être atteint par le développement des bourses, le renforcement de la formation des enseignants, l'adaptation des programmes, notamment par l'enseignement des langues locales, la diversification des filières universitaires et le développement des formations professionnelles en alternance.

2) Favoriser un rééquilibrage du territoire par rapport à l'agglomération chef-lieu et améliorer les infrastructures pour permettre le désenclavement des populations isolées. L'effort devait porter, d'une part, sur l'aménagement des voies routières transversales et la réalisation des équipements, y compris portuaires, nécessaires au développement d'un centre urbain dans la province Nord, d'autre part, sur le renforcement des infrastructures communales et provinciales d'adduction d'eau, d'assainissement, de communication et de distribution électrique.

3) Améliorer les conditions de vie des populations de toutes les parties du territoire, notamment par le renforcement de la prévention et des équipements sanitaires, l'action sociale et le logement social.

4) Promouvoir le patrimoine culturel mélanésien et celui des autres cultures locales. Les actions prioritaires correspondantes devaient porter sur l'inventaire, la protection et la valorisation du patrimoine culturel mélanésien, ainsi que sur le soutien à la production et à la création audiovisuelles.

5) Encourager le développement des activités économiques locales et le développement de l'emploi, en particulier dans les secteurs de l'agriculture et de l'élevage, de l'aquaculture et du tourisme.

6) Faire participer les jeunes au développement par des activités d'insertion.

7) Mettre en oeuvre une politique foncière adaptée aux spécificités locales.

8) Susciter l'intensification des échanges économiques et culturels avec les Etats ou territoires de la région du Pacifique.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli