Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

b) Les conseillers d'orientation psychologues : des recrutements nécessaires et une formation élargie

- le renforcement de leur formation

Outre leur participation aux deux journées d'information prévues pour les professeurs principaux, la première étant organisée avec les lycéens de terminale, les conseillers d'orientation-psychologues devront bénéficier de stages d'information sur les métiers et les qualifications, en particulier celles qui sont requises au plan local et régional, ces stages pouvant être organisés par les chambres consulaires et les groupements professionnels, en utilisant notamment les nouvelles techniques de la communication. Participeraient à ces stages des équipes de recherche, des représentants notamment de l'ANPE, de l'APEC, des délégations départementales à l'emploi, afin d'informer les conseillers d'orientation sur les tendances du marché de l'emploi.

Cette formule lui paraît plus efficace que celle proposée par le ministre qui consisterait à créer une instance indépendante chargée d'indiquer les débouchés de chaque filière et qui risque de ne fournir que des informations très générales ne répondant pas aux interrogations précises des lycéens et des étudiants.

Chaque COP devrait être par ailleurs destinataire, comme les professeurs principaux, du dossier pratique sur les carrières et les débouchés de chaque filière du baccalauréat établi par les SAIO.

- l'augmentation de leurs effectifs

Afin de pallier l'insuffisance de leurs effectifs, la mission préconise, à l'instar des propositions de la commission Fauroux, d'affecter à terme à chaque collège et lycée de dimension importante un conseiller d'orientation à temps plein, ce qui suppose un triplement du nombre des COP dans les dix ans à venir.

Elle propose, en outre, qu'au moins un conseiller d'orientation à temps plein se consacre exclusivement à la fonction d'accueil et de conseil des étudiants dans chaque université et dans les antennes universitaires les plus importantes.

c) La nécessité de préciser les rôles respectifs des personnels chargés de l'orientation : renforcer le rôle d'expert des conseillers d'orientation

Alors que l'orientation et l'affectation des élèves sont actuellement assurées aux termes du décret du 15 juin 1990 par des personnels divers, professeurs et professeurs principaux, conseillers d'orientation-psychologues, mais aussi, conseillers d'éducation, il importe de préciser la place revenant à ces différents intervenants dans un système cohérent d'orientation, étant entendu que la décision finale d'orientation doit revenir aux familles et aux élèves.

La mission d'information considère que le rôle des enseignants, et notamment celui des professeurs principaux, via les conseils de classe, apparaît primordial et souhaiterait que la vocation professionnelle et d'expertise des conseillers d'orientation qui se trouvent placés à l'interface entre le lycée, l'université mais aussi les entreprises, se trouve renforcée.

Elle se demande enfin si l'orientation des étudiants doit relever exclusivement de personnels relevant du système éducatif et si cette fonction d'orientation et de conseil ne pourrait pas également être assurée, à titre complémentaire, par des bénévoles, notamment des cadres de la vie économique ou des jeunes retraités, susceptibles d'apporter des réponses très précises aux étudiants sur les carrières et les métiers. L'organisation d'une campagne nationale dans les médias permettrait de mobiliser ces bénévoles qui viendraient épauler les personnels d'orientation.

Retour Sommaire Suite