Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

c) Le nécessaire suivi de l'évolution des voeux d'orientation des lycéens de terminale et des bacheliers

Les enquêtes et les expériences engagées par l'académie de Lyon ont notamment permis de mieux appréhender les modalités du passage des bacheliers du secondaire au supérieur, d'anticiper l'accueil entre les diverses filières supérieures, de faciliter l'orientation et la réorientation des nouveaux étudiants.

Ce dispositif permet d'assurer le suivi des voeux d'orientation des élèves de terminale et leur évolution de la phase de préinscription qui intervient au mois d'avril précédant le baccalauréat jusqu'à leur entrée à l'université.

Cette procédure facilite la mise en oeuvre d'une politique concertée d'accueil entre les diverses filières supérieures tenant compte des capacités et des critères d'admission et permet d'apporter une aide aux bacheliers en leur rappelant à l'occasion d'entretiens personnalisés les exigences et les objectifs de certaines filières très demandées.

Elle permet en outre d'afficher les places vacantes dans l'ensemble des établissements et d'organiser des entretiens d'orientation permettant de vérifier l'adéquation entre les souhaits des bacheliers et les exigences des filières, et ultérieurement, en cours de premier trimestre universitaire de procéder à des réorientations entre les STS et les premiers cycles universitaires.

La mission considère que la prise en compte des préinscriptions universitaires et de l'évolution des voeux d'orientation des bacheliers peut contribuer à éviter des choix irréalistes en faveur de certaines filières, un tel système supposant une gestion informatique des voeux d'orientation et un développement des entretiens personnalisés.

d) Renforcer l'efficacité des services communs universitaires d'information et d'orientation (SCUIO)

Les réformes intervenues au cours des années récentes concernant l'attribution des moyens de fonctionnement aux universités -contractualisation et globalisation des crédits- permettent désormais aux établissements de développer une politique en faveur des actions d'information, d'orientation et d'insertion professionnelle.

La mission souhaiterait ainsi que dans le cadre des contrats de développement, les universités prennent en compte les missions des SCUIO et que chaque service d'orientation bénéficie des moyens nécessaires pour les accomplir dans la répartition de la dotation globale de la subvention de fonctionnement.

Enfin, outre une plus grande implication des enseignants-chercheurs dans les activités des SCUIO, ces services ont également besoin de personnels spécialisés, conseillers d'orientation mais aussi documentalistes et spécialistes de la préparation à la recherche d'un emploi.

Chaque SCUIO devrait enfin disposer d'un réseau de correspondants enseignants dans chaque unité de formation et de recherche (UFR) de l'université.

Retour Sommaire Suite