Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

F. LES INFORMATIONS COMMUNIQUEES À LA MISSION D'INFORMATION

- La mission d'information a reçu deux études substantielles : la première porte sur le processus d'orientation et d'information des DEUG MIAS, MASS, SM, TI de l'USTL de Lille (pré-inscription, entretiens post bac, amphis d'information, bilan de début d'année, orientation de fin d'année, information des étudiants et des enseignants ;

- la seconde est consacrée aux modalités d'information et d'orientation à l'Université Joseph Fourier de Grenoble aussi bien avant l'entrée à l'université que pendant les études, tout au long du cursus (sensibilisation des lycéens aux études post-bac, salon, journée du lycéen, pré-inscription, accueil de rentrée, actions d'information des conseillers d'orientation et des professeurs principaux de terminale, journées des premiers cycles et des maîtrises, jeudi de la CELAIO, journal d'information, suivi des étudiants et annuaire des diplômés, accueil à la CELAIO, développement du tutorat, action auprès des redoublants...).

G. LES REMARQUES SUR LA SYNTHÈSE DES MESSAGES REÇUS PAR LA MISSION D'INFORMATION

- la teneur de certains messages critiquant le recours aux PRAG dans les premiers cycles est à nouveau sévèrement jugée et la qualité de ces enseignants est soulignée ainsi que leur adaptation pour assurer une transition entre le lycée et l'université ;

- on rappelle également que le recrutement et la carrière des enseignants-chercheurs se font exclusivement sur critères de recherche, ce qui peut expliquer les faiblesses pédagogiques de certains ;

- certains soulignent les efforts d'information de certaines académies (journée banalisée dans les universités, salon de l'étudiant, forum des formations techniques, journée d'information des professeurs principaux des terminales) mais aussi le désintérêt de beaucoup de lycéens pour ces formules et détaillent les modalités d'information et d'orientation des nouveaux bacheliers à l'université, via des amphis d'information coordonnés par les directeurs d'études ;

- on rappelle également que la formation des " bac pro " est totalement inadaptée à la poursuite de DEUG généralistes ;

- d'autres remarquent que les PRAG ne sont pas destinés à enseigner dans le supérieur, en particulier dans les disciplines scientifiques qui évoluent rapidement et notent que ces agrégés ont été formés pour être des " enseignants d'élite " du secondaire, mais pas du supérieur.

*

* *

Retour Sommaire Suite