Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Enseignement scolaire

 

C. UNE RÉFORME DU LYCÉE PRATIQUEMENT INCHANGÉE

D'après la réponse fournie au rapporteur de votre commission, le ministre de l'éducation nationale n'a pas encore défini de nouvelles orientations quant à un éventuel aménagement des filières de lycées ou de l'examen du baccalauréat. L'augmentation de la part des bacheliers généraux et la place de la filière STT, ainsi que le problème des filières scientifique et technologique, font partie des questions qui entrent dans le cadre de ce débat.

Le ministre délégué à l'enseignement scolaire a cependant fait part de sa volonté d'engager une réflexion sur l'objectif des 80 % d'une classe d'âge au niveau baccalauréat, qui reste inscrit dans la loi d'orientation de 1989 sur l'éducation.

1. Les aménagements ponctuels apportés à l'organisation du baccalauréat

Dans le prolongement de la réforme du lycée et de la rénovation des programmes, de nouvelles définitions d'épreuves à l'examen ont été élaborées pour la plupart des disciplines des séries générales.

Deux innovations sont également à signaler : l'introduction au baccalauréat général d'une épreuve facultative de TPE depuis la session 2002 et l'évaluation des capacités expérimentales au sein de l'épreuve de physique-chimie en série S, à compter de la session 2003. Sous ces réserves, le baccalauréat devrait rester inchangé.

2. Une réforme des programmes de philosophie au point mort

Dans la mesure où il n'a pas été possible de parvenir, à un consensus suffisamment large dans le cadre des travaux menés ces derniers mois par le groupe d'experts sur les programmes de philosophie de terminale, il a été décidé de reconduire, pour l'année scolaire à venir, le programme de philosophie défini par l'arrêté du 5 juin 2001 et de poursuivre la mission confiée au groupe d'experts pour l'élaboration de ce programme.

3. Les travaux personnels encadrés

La mise en place des TPE engagée depuis la rentrée 2000 en classe de première des séries générales et à la rentrée 2001 en classe terminale de ces mêmes séries se poursuit. Durant l'année scolaire 2001-2002, près de 40 % des élèves ont choisi de suivre l'enseignement facultatif en terminale et de présenter l'épreuve facultative correspondante au baccalauréat.

A compter de la rentrée 2002, les travaux personnels encadrés ont été généralisés à toutes les classes terminales des séries générales. Les élèves auront toutefois toujours le choix de présenter ou non l'épreuve correspondante du baccalauréat. Cette dernière sera désormais mieux valorisée à partir de la session 2003 par l'affectation d'un coefficient multiplicateur de 2 aux points supérieurs à la moyenne obtenus par les élèves.

Des améliorations concernant l'organisation de l'épreuve pourront être apportées mais les modalités générales seront conservées : présentation orale des travaux, évaluation conjointe des travaux et de la prestation, prise en compte dans la note des appréciations portées par les professeurs ayant encadré les travaux de l'année.

Enfin, l'expérimentation du dispositif des travaux personnels encadrés ainsi que de l'éducation civique, juridique et sociale dans les séries technologiques, engagée durant l'année scolaire 2001-2002, sera étendue à un plus grand nombre d'établissements à compter de la rentrée 2002.