Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Industrie

 

B. LE SECTEUR SIDÉRURGIQUE DANS LA TOURMENTE

Le 5 mars dernier, le gouvernement américain a décidé, dans le cadre de la clause de sauvegarde prévue par les accords de l'OMC, la hausse des droits de douane sur les produits sidérurgiques importés. Ces hausses, touchant sur toute une gamme de produits sidérurgiques, peuvent aller de 8 % à 30 %,. Au total, la sauvegarde américaine porte sur un montant de 360 millions d'euros représentant 690.000 tonnes de produits et doit permettre à l'industrie sidérurgique américaine de se restructurer.

1. Une industrie dans une situation défavorable

a) Une industrie en quasi-faillite

L'industrie sidérurgique américaine est en effet dans une situation économique délicate. Depuis la crise asiatique de 1998, plus de trente sociétés du secteur ont connu une forte dégradation de leurs résultats, si bien qu'elles ont été dans l'obligation de demander la protection du « chapitre 11 » (législation américaine sur les faillites). Parmi ces sociétés figurent deux des plus importantes sociétés américaines de l'acier, Bethleem Steel et LTV Corporation. C'est principalement la filière traditionnelle de l'acier (haut fourneau) qui est touchée par cette crise.

b) Une industrie déjà protégée

Ces mesures ont eu des conséquences immédiates et se sont traduites par une remontée sensible des prix de l'acier sur le marché américain, les hausses de prix, par rapport à celles de la fin de l'année 2001, pouvant atteindre 50 % pour certains produits. Or, les prix des produits sidérurgiques étaient déjà plus élevés que ceux relevés dans le reste du monde, en raison notamment de la protection dont bénéficie depuis longtemps l'acier américain au travers de nombreuses mesures de protection commerciale. On estime à 200 le nombre des mesures antidumping et antisubvention couvrant le secteur, ce qui exerce une pression à la hausse sur les prix.

En tout état de cause, ces mesures ne peuvent qu'améliorer de manière artificielle la situation du marché de l'acier américain car elles favoriseront le retour sur le marché d'entreprises non viables qui étaient jusqu'à présent en état de faillite et ne feront que reculer dans le temps les nécessaires restructurations.

2. Impact des mesures américaines pour l'industrie sidérurgique française

Les hausses des droits de douane américains peuvent porter un préjudice grave à l'industrie sidérurgique européenne et notamment française car elles touchent un large éventail de produits sidérurgiques.

La France exportait, en 2001, pour un montant total de 520 millions d'euros de produits sidérurgiques, soit 780.000 tonnes. Cependant, si la France reste un pays très exportateur, ses principaux clients se situent majoritairement en Europe (80 % des exportations françaises sont destinées à des partenaires de l'Union européenne).

Toutefois, les effets induits des mesures américaines pourraient s'avérer plus préoccupants. Il subsiste en effet un risque important de voir se déverser sur le marché européen des quantités importantes de produits ne trouvant plus leur place aux Etats-Unis. A plus long terme, on peut redouter une fermeture progressive de l'ensemble des marchés. Neuf pays ont pris ou s'apprêtent à prendre des mesures visant à limiter les importations. Parmi eux figure la Chine, troisième zone d'exportation, qui vient de mettre en place un dispositif destiné à limiter l'accès à son marché à une très large gamme d'aciers. Cette décision est inquiétante car elle risque de déstabiliser un peu plus la région. La Corée et le Japon pourraient alors voir se fermer un marché important, ce qui les obligerait à trouver de nouveaux débouchés, notamment en Europe.