Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Industrie

 

CHAPITRE II -

LA SITUATION DE L'INDUSTRIE FRANÇAISE

I. LES PERSPECTIVES DE L'INDUSTRIE FRANÇAISE

En 2001, l'activité économique a fortement ralenti. Ce ralentissement mondial, qui a démarré aux Etats-Unis, a notamment affecté le secteur des technologies de l'information dès l'été 2000. L'industrie européenne a été touchée en 2001, notamment en Allemagne où le niveau élevé des coûts de production s'est conjugué à une demande intérieure peu dynamique. Les attentats du 11 septembre 2001 ont aggravé la situation en fin d'année et le rebond qui s'était amorcé début 2002 s'est affaissé à partir de l'été.

A. L'ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN FRANCE

1. La production a ralenti en raison des déstockages et des reports d'investissements

La production industrielle s'est infléchie dès l'automne 2000. Pour s'adapter au ralentissement de la demande, les entreprises ont allégé considérablement leurs stocks tout au long de l'année 2001, puis ont freiné progressivement leurs investissements. Malgré le soutien de la consommation, la production industrielle a ainsi cessé de progresser. Encore assez résistante début 2001, elle a diminué de 3 % en fin d'année en raison d'un nouvel affaiblissement de la demande accentué par les évènements du 11 septembre.

2. Les évolutions sont assez contrastées par branches d'activité

De 2000 à 2001, la production de produits manufacturés non alimentaires a augmenté d'un demi point selon l'indice de la production industrielle, mais de 2 % selon les comptes de la Nation.

Outre la bonne tenue de la consommation en France, cette résistance de la production industrielle s'explique par le dynamisme de certains secteurs comme l'automobile qui, en dépit d'une demande incertaine, ont su gagner des parts de marché en Europe. Ce succès des constructeurs français de voitures s'explique par des renouvellements de gamme fréquents et des gains importants de productivité dus à un important effort d'investissement depuis trois ans.

Au delà de la percée de l'automobile, les évolutions sectorielles ont été assez diverses en 2001. Dans les biens de consommation, la conjoncture a été contrastée mais plutôt résistante grâce au soutien de la consommation et à la poursuite du développement du secteur de la pharmacie. A l'inverse, le ralentissement a été marqué dans le secteur des biens intermédiaires en raison de déstockages importants tout au long de l'année. De même, l'expansion est devenue très incertaine dans les biens d'équipement, à cause du ralentissement européen et mondial de l'investissement.