Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Industrie

 

B. L'ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION MANUFACTURIÈRE

 

1999

2000

2001

mi-2002

Production. manufacturée hors IAA

115

119

120

119

Biens de consommation

104

106

108

106

Automobile

138

146

154

153

Biens d'équipement

115

118

118

119

Biens intermédiaires

114

119

118

117

Sources Sessi - Insee ; indice de la production industrielle

Le poids relatif de l'industrie manufacturière dans l'économie nationale résiste bien et représente, en valeur ajoutée, 15 % du PIB. Il diminue assez régulièrement en raison de gains importants de productivité (de l'ordre de 4 % depuis 20 ans) et de l'externalisation croissante de certains services. Cependant, l'industrie reste, depuis 20 ans, le secteur où la croissance de la production a été la plus rapide. Ainsi, la « désindustrialisation » ne reflète que le transfert du surplus créé par cette forte croissance de l'industrie vers les autres secteurs d'activité, via une baisse considérable des prix industriels.

1. Dans un contexte mondial dégradé, la France résiste mieux que ses partenaires

Évolution de la production industrielle dans les grands pays industrialisés

Base 100 en 1995

1999

2000

2001

Printemps 2002

Variation en 3 ans

Etats-Unis

122

127½

122½

122

0%

Japon

100

105½

98

94

-6%

France

112½

116½

117

117

+4½%

Allemagne

110½

117

118

115

+4½%

Italie

103

108

106½

104½

+1½%

Source :  OCDE-Principaux indicateurs économiques

2. Des perspectives de reprise fragilisées par d'importants déséquilibres

Les signes de reprise se sont généralisés dès janvier 2002 en Europe et dans le monde. Cette reprise a néanmoins marqué le pas au cours de l'été 2002 avec l'instabilité des marchés des changes qui s'est accrue en raison de l'ampleur des déficits publics et commerciaux américains, de la montée du prix du pétrole, du recul des marchés financiers et de la baisse du dollar qui a réduit la compétitivité des industries européennes.