Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Défense - Marine

 

6. Le programme BPC (Bâtiments de projection et de commandement)

En recherchant tout à la fois le développement de capacités interarmées et la possibilité d'intégration dans un dispositif interallié, le bâtiment de projection et de commandement répond au besoin né de l'élargissement de l'éventail des missions à partir de la mer. Outil polyvalent, il s'intègre dans différents types d'opérations : les missions de gestion des crises, les opérations amphibies et aéromobiles, le commandement d'opérations, le transport opérationnel, le soutien santé et le fret.

Avec la mise en chantier du Mistral dont la livraison est prévue fin 2005, le programme est entré dans sa phase de réalisation, le deuxième bâtiment du programme, le Tonnerre, devant être livré un an plus tard. Les deux BPC ont vocation à remplacer les deux transports de chalands de débarquement les plus anciens l'Orage et l'Ouragan dans les opérations amphibies en rejoignant, au sein de la force d'action navale les TCD Foudre et Sirocco avec une capacité supplémentaire de mise en oeuvre de postes de commandement.

Les besoins des postes de commandement ont été pris en compte prioritairement. Avec une surface de 850 m2 mobilisables pour les moyens de transmission et les systèmes d'information et de commandement qui comprend 150 à 200 postes de travail, le BPC peut accueillir un PC de 400 personnes ainsi que différents systèmes d'information et de commandement ; selon ce format évolutif, SIC 21, dont l'arrivée est prévue en 2005 pourrait être intégré à ce dispositif.

Outre l'accueil de postes de commandement, l'interopérabilité a été développée sur les capacités d'emport de troupes et de matériels : quinze hélicoptères peuvent être accueillis ainsi qu'une soixantaine de véhicules blindés. Avec un pont d'envol comprenant 6 spots d'hélicoptères, le BPC double sa capacité par rapport au TCD et peut accueillir différents types d'hélicoptères alliés.

Le BPC nécessite la présence de frégates pour sa défense, son système d'autodéfense étant très simplifié.

Innovant dans sa conception, le BPC l'est aussi sur le plan économique : fabriqué aux normes civiles, il sera classé conformément au règlement civil du bureau Veritas lors de son admission au service actif et fera l'objet d'un suivi périodique.

DCN assure la maîtrise d'oeuvre du projet de réalisation des deux bâtiments. Les études de conception et d'intégration de la partie avant, qui sera construite à Saint-Nazaire ont été confiées aux Chantiers de l'Atlantique. Thalès réalise le système de communication et assure la fourniture de radars de veille.

Le coût prévisionnel du programme est de 628 M€ sur lesquels 533,6 M€ ont été engagés et 217,6 payés.

Pour l'année 2003, 59 M€ d'autorisations de programmes et 103,7 M€ de crédits de paiements sont inscrits au budget.

Ce coût ne comprend pas le renouvellement de la batellerie embarquée dont le maintien en condition opérationnelle est assuré jusqu'en 2008.