Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

3. L'impact de la hausse du pétrole pour les compagnies américaines

Les neuf plus grandes compagnies aériennes ont perdu collectivement près de 2 Mds $ au deuxième trimestre 2004, à comparer avec un bénéfice net de 816 M$ pour le même période de 2003. L'essentiel des pertes du deuxième trimestre provient de Delta Airlines (1,9 Md $)16(*).

Si ces compagnies avaient réussi à redresser leurs comptes au premier trimestre de l'année 2004, leurs efforts ont été anéantis au deuxième trimestre par l'évolution des cours du pétrole. Les efforts de retour aux profits ayant été annulés par la hausse du carburant, les compagnies sont obligées de trouver des sources supplémentaires de baisse des coûts.

On peut néanmoins observer que, malgré les niveaux atteints par le carburant en 2004, les principales compagnies à bas coûts17(*) continuent de prospérer, même si leurs résultats financiers nets pour les six premiers mois de l'année 2004 se dégradent et se contractent de 35 à 65 % selon les transporteurs.

La couverture des transporteurs américains contre les fluctuations du prix du carburant est très contrastée selon leurs disponibilités financières : Southwest Airlines a pu couvrir à 80 % ses besoins jusqu'en 2005 au taux de 24 à 25 dollars le baril, mais en revanche, Delta Airlines a vendu en début d'année 2004 son portefeuille de couverture de carburant pour 83 M$ et estime que les hausses récentes l'obligeront à consacrer 650 M$ supplémentaires par rapport à l'exercice précédent.

La politique récente des compagnies européennes ou asiatiques consistant à mettre à contribution les passagers en répercutant partiellement sur les tarifs la hausse du carburant est plus difficile à mettre en oeuvre sur le marché américain où la concurrence est plus vive. Les compagnies américaines traditionnelles qui ont tenté d'introduire une augmentation des tarifs ont été incapables de la maintenir : les concurrents, par peur de perdre des parts de marché, ne suivent pas ou peu et les obligent au bout de quelques jours à abandonner la hausse tarifaire. Les compagnies à bas coûts américaines n'ont pas à ce jour répercuté cette hausse dans leurs tarifs.

Votre rapporteur pour avis rappelle que cette hausse du prix du carburant s'inscrit dans un contexte de difficultés structurelles du transport aérien américain, marqué par des coûts d'exploitation élevés et d'importantes surcapacités. De fait, le secteur aérien américain est déficitaire depuis trois ans. Selon l'Air Transport Association (ATA)18(*), la perte nette a été de 8,3 Mds $ en 2001, 11,3 Mds $ en 2002 et 3,6 Mds $ en 2003.

Si 2004 devait marquer, pour les compagnies américaines, le retour à l'équilibre, cet objectif paraît désormais hors d'atteinte. Au contraire, les pertes du transport aérien américain pourraient être similaires à celles de l'année dernière, alors même que l'économie américaine connaît une croissance très forte depuis un an et demi et que le trafic a progressé de 20 % en Amérique du Nord au cours des six premiers mois de l'année.

* 16 Cas de Northwest : bénéfice de 227 millions US$ au deuxième trimestre 2003 et perte de 175 millions US$ pour la même période en 2004. Les Echos du 2 août 2004

* 17 Southwest Airlines, JetBlue et AirTran Airways.

* 18 Association qui regroupe les 22 plus grandes compagnies aériennes américaines (Les Echos du 2 août 2004).

    retour sommaire suite