Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

III. UN MARCHÉ DU TRAVAIL DÉSÉQUILIBRÉ

Votre rapporteur pour avis estime que l'on ne peut réellement apprécier une formation sans examiner le cadre général du marché du travail sur lequel elle pourra être valorisée. Il a donc souhaité examiner la situation du marché du travail des pilotes de ligne en France. Celle-ci s'avère très difficile.

A. UNE OFFRE DE TRAVAIL SUPÉRIEURE À LA DEMANDE

1. Les effectifs des pilotes de ligne en activité en France

En 2003, 7.030 pilotes exerçant en transport public avion étaient inscrits et cotisaient à la caisse de retraite complémentaire obligatoire du personnel navigant (CRPN). Sur cet effectif, environ 48 % étaient titulaires d'une licence de pilote professionnel et 52 % titulaires en outre d'une licence de pilote de ligne. Cet effectif est en régression par rapport à l'année précédente. De fait, l'effectif de pilotes a atteint un sommet en 2001 avec 7.200 personnes, à la suite d'une croissance de 6 % environ sur la période 1993-2001.

2. Les effectifs des pilotes de ligne en activité en Europe et dans le monde

Il n'existe pas de statistiques globales européennes sur ce point. Votre rapporteur pour avis note, à titre de comparaison, que le Royaume-Uni recensait28(*) au 31 mars 2000 16.499 pilotes professionnels dont 10.475 sont détenteurs d'une licence de pilote de ligne. Autre élément d'appréciation, les 16 principales compagnies européennes totalisaient29(*) fin 2002 un effectif de 25.241 pilotes de ligne.

Au niveau mondial, on se heurte à la même difficulté pour trouver des chiffres globaux. Votre rapporteur pour avis relève que, fin 2003, le registre des Etats-Unis recensait 121.000 pilotes commerciaux.

3. Les tensions sur le marché mondial du travail des pilotes et les perspectives d'emploi

a) Des raisons de court terme...

Les difficultés du transport aérien depuis l'année 2000 ont eu des conséquences importantes sur le marché du travail du personnel navigant technique (PNT). Pour la France, les diminutions du nombre de PNT ont concerné essentiellement les compagnies régionales, en particulier avec la disparition d'AOM/Air Liberté, d'Air Littoral et d'Aéris. Naturellement, d'autres pays européens ont également été touchés par les disparitions de compagnies, comme la Belgique (Sabena), la Suisse (Swissair). En Italie, Alitalia est gravement menacée.

b) ... qui laissent entrevoir des évolutions structurelles

Les tensions mondiales liées à des crises politiques ou sanitaires se sont développées dans un contexte marqué, en outre, par une substitution modale, en particulier au profit du réseau ferré à grande vitesse, et par l'émergence au sein même du transport aérien d'un nouveau mode de production, à savoir les compagnies à bas coûts.

En outre, il convient de noter que la création d'emploi est davantage le fait des segments de l'international, dont votre rapporteur pour avis a déjà indiqué qu'il bénéficiait moins de la reprise du secteur que le court et moyen courrier.

c) L'impact des qualifications des pilotes

Les pilotes français ont, dans ce contexte, d'autant plus de perspectives de retour à l'emploi dans leur métier qu'ils sont d'une part qualifiés sur des machines récentes (Airbus ou Boeing) et non anciennes (MD83, DC10) et, d'autre part, qu'ils possèdent un bon niveau d'anglais.

A défaut, il leur faut satisfaire à une acquisition de nouvelle qualification de type de coût élevé (40.000 euros) sans perspective assurée d'emploi, dans un marché européen de l'emploi où la concurrence est vive de la part des anciens PNT notamment de la Sabena et de Swissair puis de Swiss.

* 28 Selon une estimation de l'Agence de l'aviation civile au Royaume-uni.

* 29 Source : IATA.

    retour sommaire suite