Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

II. L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DES DÉPARTEMENTS ET DES COLLECTIVITÉS D'OUTRE-MER

Les données que votre rapporteur pour avis vous présente ici sont extraites des synthèses réalisées par l'Institut d'Emission des DOM (IEDOM). Il s'agit des dernières données disponibles. Si 2003 semble témoigner d'une amélioration relative de la situation économique, 2004 pourrait s'avérer une année moins favorable.

A. LA RÉUNION

Après un premier semestre marqué par des conflits sociaux et une conjoncture internationale incertaine en raison du conflit irakien, l'économie réunionnaise a connu une reprise dans la deuxième partie de l'année 2003 grâce au dynamisme de la consommation et de l'investissement des ménages en logements.

Malgré des conditions climatiques difficiles pendant l'hiver austral qui ont pesé sur la filière élevage, l'agriculture de l'île a été épargnée par les cyclones, ce qui a permis un redressement de la production de fruits et légumes et une campagne sucrière satisfaisante (production de canne en hausse de 6 % et production de sucre de 8,3 %).

Secteur stratégique en raison de l'importance des besoins en logements et en infrastructures, le bâtiment et travaux publics (BTP) a connu un premier semestre difficile à cause des grèves du secteur public et de retards dans la mise en oeuvre de chantiers importants. Le bilan pour 2003 est toutefois satisfaisant, comme en témoignent l'augmentation des ventes de ciment (+8,6 %) et la croissance des effectifs employés (+8,3 %).

La pêche artisanale (petite pêche et pêche côtière) enregistre un recul (baisse des captures de 50 %) et souffre toujours d'un manque de structuration ne permettant pas un approvisionnement suffisant des grandes surfaces alimentaires. La pêche au large, qui porte principalement sur l'espadon et le thon, a également reculé pour la troisième année consécutive.

L'arrivée en juin 2003 des compagnies aériennes Air Bourbon et Air Austral avait permis, malgré la disparition d'Air Lib en février 2003, le maintien de l'activité touristique, qui enregistre une hausse de 1,4 % de la fréquentation (432.000 touristes sur l'année). Cependant, le dépôt de bilan de la compagnie Air Bourbon, le 29 novembre 2004, pourrait constituer une hypothèque lourde pour la poursuite de cette tendance.

Selon les sondages réalisés auprès de chefs d'entreprises par l'IEDOM, l'année 2004 devrait être marquée par un ralentissement de l'activité économique au deuxième trimestre, le secteur du BTP étant affecté par les conséquences des grèves du mois de mai et le tourisme enregistrant des performances décevantes. Le secteur industriel et le secteur commercial connaissent cependant de bons résultats, alors que l'investissement en logements est relativement dynamique.

    retour sommaire suite