Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

3. Wallis et Futuna

L'appréciation de la situation économique de Wallis et Futuna se heurte au manque de données chiffrées précises, lié à l'imperfection de l'appareil statistique. En outre, une large part de cette économie relève encore de la sphère des productions traditionnelles, organisée autour d'échanges coutumiers.

L'emploi salarié (1.741 personnes déclarées) aurait baissé en 2003 par rapport à 2002. Le secteur public emploie, rappelons-le, l'essentiel de cette main d'oeuvre (1.032 emplois locaux et 331 fonctionnaires d'Etat).

Les soutiens publics sont également importants pour cette économie. Sur la période 2000-2004, le territoire recevait 37,2 millions d'euros au titre du contrat de développement, orienté principalement vers l'éducation, l'emploi et l'agriculture. Une convention de développement, dotée de 25 millions d'euros sur 2003-2007, prévoit des actions complémentaires, notamment dans les domaines des équipements, de la santé, de la culture, du sport et de la pêche.

Les exportations restent très marginales. Quant aux importations, elles concernent surtout des produits alimentaires et des biens intermédiaires tels que le ciment ou les hydrocarbures. A cet égard, l'augmentation des prix de l'énergie contribue sensiblement au renchérissement du coût des importations.

    retour sommaire suite