Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

B. LES SYTÈMES D'INFORMATION ET DE COMMANDEMENT

Le système d'information et de commandement des armées (SICA) doit équiper nos deux niveaux de commandement stratégique et opératif.

Il est destiné à assurer les échanges d'informations nécessaires pour contribuer à l'anticipation, au pilotage des crises et à la conduite des opérations dans un contexte interarmées et interalliés, grâce à des services communs destinés à tous les utilisateurs et des services spécifiques (conduite des opérations, renseignement, logistique) adaptés à des applications propres à chaque bureau d'un état-major interarmées. Il doit équiper toutes les unités interarmées contribuant à la gestion des crises, tant en France métropolitaine que sur les sites de forces prépositionnées et sur les théâtres d'opérations extérieures. Il garantit la cohérence entre ces entités et le PC de force lors des déploiements.

Le programme prévoit la réalisation de 1.400 postes SICA et une extension progressive, en trois étapes, des capacités fournies par le système. Les premières capacités opérationnelles ont été fournies en 2000.

L'EMIA-FE (PC de force interarmées) devait bénéficier en 2004 d'un renouvellement de la totalité de ses 200 postes de travail. Les PC de force projetés disposeront d'une version intranet du SICA qui devait être validée en ambiance opérationnelle lors de l'exercice Eolo d'octobre dernier. À l'horizon 2006, le CPCO devrait disposer de l'ensemble des moyens de commandement lui permettant d'assumer pleinement le rôle de « nation-cadre » lors d'une opération européenne.

S'agissant du niveau tactique, chacune de nos armées possède déjà la capacité d'exercer le commandement d'une force dans le cadre d'une coalition11(*).

Pour rationaliser le soutien aux multiples systèmes d'information et de télécommunications a été créée le 31 décembre 2003 la Direction interarmées des réseaux d'infrastructure et des systèmes d'information de la Défense (DIRISI), qui vise à substituer une véritable direction aux multiples instances de coordination.

En effet, pour satisfaire l'ensemble de ses besoins en télécommunications d'infrastructure et en systèmes d'information, qu'ils soient opérationnels ou d'usage général, le ministère de la défense s'appuie sur des structures hétérogènes qui répondent à une logique de composantes de forces aujourd'hui dépassée. La dispersion des ressources qui en résulte rend difficile la constitution, la direction, l'exploitation et le soutien technique d'une grande diversité de réseaux et de systèmes.

La création de la DIRISI vise à mieux tirer parti des ressources humaines, techniques et financières des organismes concernés du ministère de la défense en rassemblant les compétences nécessaires au sein d'une entité unique. Elle administre dès à présent le système SICA et les systèmes de communication Socrate et Syracuse. En mars 2004, il a été décidé qu'elle avait vocation à regrouper les services des armées en charge de la gestion des réseaux de transmission. Les regroupements devront prendre effet au 1er janvier 2006.

* 11 Système d'information et de commandement des forces (SICF) et système d'information réglementaire (SIR) pour l'armée de terre ; système d'information et de commandement du 21ème siècle (SIC 21) pour la Marine ; système de commandement et de conduite des opérations aériennes (SCCOA) pour l'armée de l'air.

    retour sommaire suite