Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi pour le développement de la participation et de l'actionnariat salarié

 

2. Une conception humaniste

La gestion participative s'affirme comme un nouvel humanisme, en plaçant l'homme au centre des préoccupations internes à la vie de l'entreprise, sous la seule responsabilité des chefs d'entreprises pour sa mise en place effective.

Pour placer l'homme au centre des préoccupations de la vie économique, il convient de répondre à quatre besoins essentiels :

- le besoin d'être : la considération ;

- le besoin de savoir : la formation économique, l'information dans l'entreprise ;

- le besoin de pouvoir : l'exercice des responsabilités au sein des entreprises ;

- le besoin d'avoir : la rémunération et les dispositifs de la participation financière et de l'actionnariat salarié, lesquels constituent l'autre grand volet du projet de loi.