Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2007 : Transports et budget annexe Contrôle et exploitation aériens

 

B. LE TRAM-TRAIN, UN CONCEPT PERTINENT À DÉVELOPPER

Votre rapporteur pour avis considère que le tram-train, qui consiste à équiper une ligne d'un matériel roulant apte à la circulation urbaine, comme un tramway, mais aussi à des circulations plus rapides sur voies classiques, comme un train, constitue une réponse très intéressante aux évolutions de l'urbanisation.

En effet, le désir croissant de la population de s'installer dans des zones semi-rurales proches des villes, phénomène qualifié de rurbanisation, modifie considérablement les besoins en transport. La voiture individuelle se révèle dans ce cadre un mode de transport coûteux22(*), polluant, et relativement peu efficace, du fait de l'engorgement rapide des abords des grandes agglomérations.

Votre rapporteur pour avis a donc suivi avec un grand intérêt la mise en service le 19 novembre 2006 du premier tram-train français, qui relie en Ile-de-France Aulnay à Bondy. Hors agglomération, les rames peuvent atteindre les 70 km/h. Le matériel spécifique à ce type d'exploitation permet des accélérations rapides pour maximiser les gains de temps en augmentant la vitesse moyenne du parcours.

Il est donc vraisemblable que cette solution s'étende rapidement à d'autres agglomérations françaises, ce dont votre rapporteur pour avis se félicite.

C. LA NÉCESSITÉ DE REPORTER CERTAINS PROGRAMMES LOURDS MAIS NON PRIORITAIRES

Au vu des contraintes budgétaires pesant sur l'Etat, sur des opérateurs comme l'AFITF, mais aussi sur RFF et la SNCF, votre rapporteur pour avis estime que la priorité des dépenses doit aller au maintien à niveau du réseau ferroviaire existant. Il faut rappeler que 2006 a vu des travaux simultanés sur trois lignes à grande vitesse (LGV), ce qui est sans précédent.

L'intérêt des LGV n'est plus à démontrer, mais leur développement ne doit pas conduire à abandonner les lignes existantes. L'audit sur le réseau de septembre 2005 a démontré de façon frappante la détérioration du réseau. Face à cette réalité, le Gouvernement n'est pas resté inactif, puisqu'il a annoncé un plan d'investissement pour le réseau. Votre rapporteur pour avis estime que l'exécution de ce plan doit être confirmée dans les années qui viennent, quitte à différer certains nouveaux programmes non prioritaires.

* 22 Cela est d'autant plus vrai si le ménage est contraint à utiliser deux voitures.