Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2009 : Solidarité, insertion et égalité des chances

 

2. Les dépenses de personnel sont largement prédominantes


· Les dépenses de personnel s'élèvent, au total, à 819,4 millions d'euros, soit plus des trois quarts du programme.

A l'exception des 196 emplois ETP inscrits sur le programme « Egalité entre les hommes et les femmes », les emplois des onze programmes mentionnés, soit 14 064 ETP, relèvent du programme « Conduite et soutien des politiques sanitaires et sociales ».

En 2009, le projet de loi de finances prévoit une diminution des effectifs de 247 ETP, à périmètre constant, qui, selon les informations communiquées dans les projets annuels de performances, s'explique par :

- le non-remplacement d'une personne sur deux partant à la retraite qui entraîne la suppression de 176 postes ETP (89,5 au titre des départs prévus en 2009 et 86,5 ETP correspondant à l'extension en année pleine des départs observés en 2008), qui permet de dégager une économie de 5,6 millions d'euros ;

- la réduction nette des effectifs, à hauteur de cinquante-sept postes ETP, qui résulte de la sous-consommation des crédits en 2008 ;

- les transferts et changements de périmètre, qui se traduisent par une diminution de quatorze emplois ETP au titre de ce programme.

Répartition des crédits du programme 124 par types de dépenses

Types de dépenses

Montants en euros

Part en %

Personnel

819 435 516

76,1

Fonctionnement

242 170 216

22,5

Intervention

14 473284

1,4

TOTAL

1 076 079016

100

Source : projet annuel de performances - 2008


· Les dépenses de fonctionnement s'élèvent au total à 242 millions d'euros, soit 22,5 % des crédits du programme. Elles comprennent principalement : les dépenses informatiques (25,5 millions d'euros) ; l'acquittement des loyers pour l'administration centrale et les services déconcentrés (75 millions) ; les dépenses de fonctionnement courant (environ 62 millions d'euros) ; les dépenses relatives aux statistiques, aux études et à la recherche (11,6 millions) ; les crédits de communication (9,8 millions).