Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2011 : Culture (fascicule 2) : Création - Cinéma

18 novembre 2010 : Budget 2011 - Culture (fascicule 2) : Création - Cinéma ( avis - première lecture )

C. LES ARTS PLASTIQUES : UNE ACTION « PRIVILÉGIÉE »

1. Ses objectifs principaux

Comme l'indique le projet annuel de performance du programme « Culture » pour 2011 : « la politique de soutien à la création vise à encourager la création contemporaine ainsi que sa diffusion dans toutes les formes de l'expression plastique telles que la peinture, la sculpture, les arts graphiques, la photographie, les métiers d'art, la mode, le design, les nouveaux médias, avec une attention portée à la scène artistique émergente et aux projets novateurs. Elle repose essentiellement sur une politique de commandes et d'acquisitions d'oeuvres et sur un dispositif d'aides directes aux artistes et aux professionnels attribuées par les directions régionales des affaires culturelles ou le Centre national des arts plastiques. »

L'action de l'État dans le domaine des arts plastiques recouvre cinq actions principales :

- le soutien à la création par l'acquisition et la commande d'oeuvres d'art ;

- la structuration des professions et de l'économie du secteur ;

- le soutien au fonctionnement des institutions de production et de diffusion ;

- les aides à la création et à la diffusion ;

- le soutien en faveur des manufactures nationales et des métiers d'art.

Par ailleurs, votre rapporteur rappelle que le plan de relance du marché de l'art en France a été annoncé par le ministre de la culture et de la communication le 2 avril 2008, à la suite du rapport remis par M. Martin Bethenod.

Votre commission a confié à notre collègue Jean-Pierre Plancade une mission d'information sur le marché de l'art contemporain.

2. Des crédits en forte hausse, en investissement comme en fonctionnement

Avant transferts, les crédits consacrés aux arts plastiques en 2011 s'établissent à 71,7 millions d'euros en autorisations d'engagement et 73,5 millions en crédits de paiement, soit une augmentation de respectivement 19,3 % en AE et de 28,7 % en CP.

Les crédits de fonctionnement des opérateurs augmenteront de 7,2 %, cette hausse étant notamment consacrée aux grandes expositions organisées au Grand Palais.

Les crédits d'investissement connaissent une progression majeure pour accompagner et développer le réseau des institutions d'art contemporain en région (notamment les FRAC), mais surtout pour poursuivre la réalisation de deux grands projets nationaux situés à Paris :

- le Palais de Tokyo, pour y développer l'accueil d'expositions monographiques d'artistes reconnus et la présentation de la scène française. Ce projet d'envergure nationale absorbe cependant 82,1 % des crédits en autorisations d'engagement (soit 14 millions d'euros) et 71,7 % des crédits de paiement (soit 13 millions d'euros) ;

- et les manifestations d'art contemporain au Grand Palais (Monumenta, Force de l'art).

Les crédits d'intervention permettront aussi de financer la création de l'Institut des métiers d'art, répondant ainsi à la volonté gouvernementale de renforcer cette filière d'excellence en France, projet soutenu par votre commission. La dotation passe ainsi de 11,85 à 13,31 millions d'euros.

Les crédits déconcentrés sont également en hausse, afin notamment de répondre à la montée en charge du programme des FRAC de seconde génération, tant pour l'investissement que pour les dépenses de fonctionnement.

Au total, ces crédits augmentent de 2,1 % en fonctionnement. S'agissant des crédits d'investissement, s'ils progressent de 11,7 % en crédits de paiement, ils chutent en revanche de 40 % en autorisations d'engagement.

Compte tenu de l'évolution globale et prévisible des crédits alloués aux actions du programme « Culture » concernées par le présent rapport, votre commission s'inquiète de la tendance à construire ou aménager de nouveaux équipements, pour lesquels les crédits de fonctionnement risquent d'être limités.