Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2011 : Economie - Compte d'affectation spéciale : gestion et valorisation des ressources tirées de l'utilisation du spectre hertzien

18 novembre 2010 : Budget 2011 - Economie - Compte d'affectation spéciale : gestion et valorisation des ressources tirées de l'utilisation du spectre hertzien ( avis - première lecture )

B. UN GROUPE D'ENVERGURE EUROPÉENNE BIEN PLACÉ POUR FAIRE FACE À L'OUVERTURE TOTALE DU MARCHÉ

1. Des résultats encourageants en 2009

Dans une conjoncture difficile, La Poste a témoigné en 2009 d'une belle capacité de résistance et a amélioré sa qualité d'accueil et de service.

Tout d'abord, la baisse du chiffre d'affaires du groupe a été contenue. A 20,527 milliards d'euros, il recule de 2 % par rapport à 2008, et ce alors que la baisse du trafic constatée en 2008 s'est accentuée en 2009, les volumes ayant reculé de 5,3 %.

Le colis-express a quant à lui réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 4,479 milliards d'euros, en retrait de 3,5 % par rapport à 2008.

La crise a affecté l'ensemble des marchés de GeoPost, filiale express du groupe. Son chiffre d'affaires s'est élevé à 3,093 millions d'euros, (- 4,6 % par rapport à 2008).

La filiale ColiPoste a également enregistré une baisse de trafic, liée au déclin de la vente par correspondance, et a réalisé un chiffre d'affaires de 1,387 milliard d'euros (- 1,4 %). Mais cette baisse a été partiellement compensée par le dynamisme du e-commerce (+ 16 %), tandis que la qualité de service de l'opérateur colis a continué de progresser avec 92,8 % de livraison en J +2 (+ 0,3 point).

La qualité de service, quant à elle, a continué de s'améliorer : en 2009, 84,4 % des lettres prioritaires ont été distribuées en J +1 (+ 0,6 point par rapport à 2008).

En 2009, La Banque Postale a poursuivi son développement. Son produit net bancaire31(*) a progressé de 4 % pour atteindre 5,019 milliards d'euros. Si sa collecte a diminué, ses encours d'épargne et de dépôts à vue ont progressé, tout comme le nombre de ses clients actifs, en hausse significative, et le secteur du crédit immobilier, où sa part de marché a dépassé les 8 %.

D'une façon générale, le groupe a réalisé 1,280 milliard d'euros d'investissements, tout en en diminuant légèrement son endettement net, qui reste néanmoins au niveau élevé de 5,5 milliards d'euros.

Longtemps « point noir » du groupe, la qualité de ses infrastructures commerciales et l'accueil de la clientèle ont fait l'objet d'importants progrès. La Poste a ainsi défini, en 2005, un nouveau concept de bureau de poste, plus rationnel et convivial, puis lancé un vaste programme de modernisation de l'ensemble de ses points de contact sur le territoire.

L'année 2009 a ainsi vu la modernisation de l'ensemble des bureaux de poste parisiens, dont la configuration a été entièrement repensée et les horaires d'ouverture élargis. Ainsi que le souligne la Cour des comptes, « ce nouveau type de bureau de poste constitue un progrès symbolique de la modernisation de l'entreprise, par la suppression des guichets et de leur cloisonnement, la fin de la file d'attente unique et son remplacement par un accueil personnalisé ».

Or, les premiers retours d'expérience menés dans les 1 000 plus grands bureaux de poste sont relativement encourageants : le temps d'attente y a été significativement réduit en 2009, et le taux de satisfaction des clients a substantiellement augmenté. Reste cependant, aux dires de la haute juridiction financière, à consolider ces progrès et à mieux gérer l'irrégularité des flux, qui constitue la principale cause d'attente.


* 31 Le produit net bancaire est la différence entre les produits et les charges d'exploitation bancaires hors intérêts sur créances douteuses, mais y compris les dotations et reprises de provisions pour dépréciation des titres de placement. Il mesure la contribution spécifique des banques à l'augmentation de la richesse nationale et peut en cela être rapproché de la valeur ajoutée dégagée par les entreprises non financières.