Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2011 : Economie - Compte d'affectation spéciale : gestion et valorisation des ressources tirées de l'utilisation du spectre hertzien

18 novembre 2010 : Budget 2011 - Economie - Compte d'affectation spéciale : gestion et valorisation des ressources tirées de l'utilisation du spectre hertzien ( avis - première lecture )
4. Le plan « Ambition 2015 »

Ce projet fixe les priorités et les règles de conduite du changement pour faire de La Poste une entreprise de services logistiques et financiers de dimension européenne. Il vise le retour progressif à des niveaux de rentabilité que La Poste a connu dans les dernières années et intègre un programme d'investissement dont la réalisation repose notamment sur la prochaine augmentation de capital de 2,7 milliards d'euros.

LE PLAN « AMBITION 2015 »

Il repose sur cinq priorités complémentaires :

- la pleine exécution par l'entreprise de ses quatre missions de service public, dont la loi du 9 février 2010 précitée a réaffirmé le cahier des charges ;

- la performance durable et responsable du groupe dans tous les secteurs ;

- la qualité de service, applicable à l'ensemble de ses activités ;

- l'innovation, avec le développement de nouveaux services ;

- le développement d'activités nouvelles dans la chaîne de valeur des métiers et la recherche de nouveaux marchés en Europe, qui se traduit notamment par des objectifs de croissance externe.

Pour mener à bien ces cinq priorités, La Poste s'est fixée deux règles de conduite du changement : le maintien d'un modèle social et le développement durable.

Le modèle économique reposant sur un portefeuille d'activités diversifiées sera une clé du retour progressif aux niveaux de rentabilité qui prévalaient avant la crise économique et l'accélération de la baisse des trafics postaux. Dans ce cadre, le groupe prévoit une légère hausse de son chiffre d'affaires sur la période pour atteindre près de 22 milliards d'euros en 2015 hors croissance externe.

La stratégie de l'activité « courrier » est d'achever d'ici 2012 le programme de modernisation de son appareil industriel, de proposer dès 2010 de nouvelles offres innovantes et développer des relais de croissance rentables. L'objectif financier du courrier est, à l'horizon 2015, de demeurer rentable et d'autofinancer ses investissements.

Le colis-express prévoit au contraire une augmentation de ses volumes d'activité en lien avec le développement du e-commerce et l'amélioration progressive de l'environnement économique en France et en Europe. Le groupe ambitionne de devenir ainsi le leader européen dans ce secteur.

La Banque Postale entend quant à elle, d'ici 2015, tirer profit de l'extension de la gamme de ses produits et services à destination de ses clients particuliers et entreprises, tout en poursuivant le dynamisme de son développement commercial.

Enfin, pour l'Enseigne, La Poste prévoit une généralisation de l'organisation personnalisée de l'accueil et du service en bureau de poste conduisant à faire disparaître la file d'attente unique et le recentrage des activités en bureau sur le conseil à la clientèle.

Compte tenu de l'ensemble de ces dynamiques sectorielles, les objectifs financiers du groupe La Poste passeront par trois phases :

- une phase de transformation (2010-2011) pendant laquelle la marge opérationnelle du groupe traduira la baisse du résultat d'exploitation du courrier, une hausse progressive des marges du colis et la progression continue des performances de la banque. L'objectif sera de ralentir, puis d'arrêter la baisse des résultats constatée depuis deux ans ;

- puis, à partir de 2012, une phase de rebond visant à retrouver les niveaux de résultats connus avant la crise économique, avec une accélération de la baisse des volumes du courrier, mais avec des contributions très différentes des métiers du groupe ;

- enfin, au terme du plan, une phase d'accélération du développement. Une fois la rentabilité du courrier stabilisée, les résultats du colis-express bénéficiant de son réseau européen et la banque exploitant un potentiel de développement considérable, le groupe devrait dégager une rentabilité opérationnelle de l'ordre de 8 %.