Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Culture : création, cinéma, spectacle vivant, arts visuels

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Culture : création, cinéma, spectacle vivant, arts visuels ( avis - première lecture )

B. FOCUS SUR LA PHOTOGRAPHIE : DES MOYENS QUI DOIVENT SUIVRE LES ANNONCES

La France a vu au milieu du XIXe siècle, la naissance de la photographie. Cette technique a révolutionné la création et la diffusion d'images et elle-même a subi de très profondes révolutions. La dernière en date, liée à l'irruption du numérique, n'étant pas la moins importante. Ainsi les pratiques amateurs, au début réservées à une élite, sont aujourd'hui largement répandues : la photographie est devenue un instrument courant de communication.

Cette nouvelle dimension l'a rendue à la fois plus accessible au plus grand nombre, mais a aussi fait émerger de nouveaux rapports de force sensibles, notamment dans le secteur du photojournalisme.

Votre rapporteure note l'engouement du grand public pour la photo qu'illustre par exemple le succès8(*) de la nouvelle revue « Six mois », dirigée par Mme Subtil.

1. Des problématiques très diverses et complexes qui nécessitent un pilotage budgétaire plus cohérent

La photographie en tant qu'art visuel s'appréhende au travers de plusieurs politiques publiques car elle est au coeur de problématiques très diverses.

a) Les fonds photographiques

La situation des fonds argentiques est marquée par plusieurs difficultés : ils sont mal connus, mal conservés, et mal valorisés.

D'après les informations transmises par les représentants du ministère de la culture, plusieurs actions ont donc été engagées pour traiter le cas des fonds photographiques :

· la création, en mars 2012 au sein de la « Réunion des musées nationaux-grand palais » d'un portail (« Arago ») qui devrait permettre un accès libre et direct sur Internet, au travers d'un site unique, à l'ensemble des collections photographiques (nationales dans un premier temps, puis publiques et privées sur la base d'un volontariat dans un deuxième temps) ;

· la création à Arles, d'un lieu approprié pour la conservation et la valorisation de fonds photographiques d'auteurs, d'intérêt national, inscrit dans la dynamique de recherches et d'études développée par l'école nationale ;

· l'organisation de la concertation entre les différents services pour assurer une réponse adaptée aux sollicitations des détenteurs de fonds qui souhaitent les transférer à une collectivité publique, avec la mise sur pied d'un groupe permanent d'experts, qui pourront être sollicités pour avis et conseils en fonction de l'intérêt et de la nature du fonds proposé, des conditions de conservation qui lui sont nécessaires et des possibilités de valorisation envisageables ;

· le lancement d'un événement de portée nationale en 2013 ou 2014, coordonné entre Paris et les régions pour montrer la diversité et la richesses des fonds souvent mal connus que renferment les collections publiques.


* 8 Le premier numéro, publié à 40 000 exemplaires a dû être tiré à nouveau à 8 000 exemplaires. Le second numéro a été maintenu à 40 000 exemplaires, ce qui constitue un signe de grand succès au regard des tirages pratiqués généralement dans la presse.