Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Enseignement scolaire

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Enseignement scolaire ( avis - première lecture )
2. La gestion complexe des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP) 

Le profil type de l'élève de lycée professionnel a évolué sous l'effet de la réforme, au fur et à mesure qu'entraient des élèves plus jeunes sans retard scolaire et d'un meilleur niveau dans les matières générales.

Votre rapporteure ne dispose pas de données au niveau national. Cependant, les chiffres de l'académie de Montpellier sont accessibles et permettent de comparer l'âge des élèves entrant en BEP/seconde professionnelle avant et après la réforme. Cela donne aussi indirectement une indication sur leur niveau scolaire, dans la mesure où c'est un indice de redoublement. À la rentrée 2007, en première année de la voie professionnelle30(*) les 15 ans et moins représentaient 28 % et les 17 ans et plus, 21 %. À la rentrée 2010, les 15 ans et moins représentaient 39 % des effectifs de seconde professionnelle contre désormais 15 % pour les 17 ans et plus. Les inspections générales estiment globalement que le nombre d'élèves qui entament le nouveau cycle de trois ans à l'heure, sans aucun redoublement antérieur, a augmenté de 30 %.31(*)

Les écarts d'âge et de niveau scolaire au sein des établissements et au sein des classes se sont incontestablement accrus. L'hétérogénéité croissante des publics auxquels ils s'adressent complique la tâche d'enseignants déjà très sollicités.

En outre, les élèves les plus jeunes posent fréquemment problème pour leur admission en entreprise dans le cadre des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP), dont la durée est désormais homogénéisée sur la totalité du cycle à hauteur de 22 semaines. En seconde professionnelle, des élèves de 15 ans et moins, sortant du collège et sans aucune compétence professionnelle doivent déjà s'insérer dans une entreprise. La contrainte réglementaire d'une durée minimale d'accueil de trois semaines consécutives peut paraître à cet égard excessive et devrait être relâchée, si l'on veut faciliter les premiers pas des jeunes.

Les difficultés d'organisation des PFMP sont néanmoins plus générales et concernent l'ensemble des établissements et des élèves, alors même que la mise en situation au sein d'une entreprise constitue un élément important de rupture pédagogique avec le collège et peut renforcer la motivation des élèves. La conjoncture économique très difficile restreint nécessairement les capacités d'accueil des entreprises, tout en contribuant à renforcer leur attentisme, alors qu'elles ont perdu leurs repères avec une réforme qu'elles n'avaient pas souhaitée.

Pour autant, il n'a pas été signalé à votre rapporteure de cas d'élèves qui ne trouvaient pas d'entreprise d'accueil. La mobilisation des enseignants et des chefs d'établissement qui ont su tisser d'année en année des liens avec leur environnement économique se révèle payante.

Il conviendra dans les années à venir de généraliser les banques de stages académiques afin de soutenir les lycées dans leur recherche. Le site de l'Onisep monstageenligne.fr doté d'un instrument de géolocalisation pourrait également contribuer à faciliter les rapprochements entre les employeurs et les élèves.

Toutefois, il ne peut être ignoré que les difficultés pour trouver une entreprise d'accueil croissent fortement et que le vivier traditionnel est d'ores-et-déjà saturé. Le secteur tertiaire où s'engage le plus d'élèves, notamment les filles, mais qui ouvre nettement moins de débouchés que les filières industrielles en-dessous d'un niveau BTS, est le plus touché.

Ceci pourrait conduire petit à petit à abaisser le niveau d'exigence en matière de qualité de la formation dispensée dans l'entreprise, alors qu'il faut souligner que les lycéens n'effectuent pas à proprement parler des stages mais doivent bénéficier d'une formation réelle en situation. C'est pourquoi il faut veiller à ce que les tâches qui leur sont confiées correspondent bien à leur formation et que la succession des PFMP réponde idéalement à une progression pédagogique préparée en amont. Les PFMP doivent être davantage intégrées au cursus et le suivi de stage doit encore être amélioré.

Mais, les difficultés d'organisation de la formation, tant en entreprise qu'au lycée, sont telles que :

« les situations professionnelles vécues ou observées en entreprise sont peu exploitées et, dans la plupart des établissements, les élèves terminent l'année par plusieurs semaines de périodes de formation en milieu professionnel qui s'enchaînent directement avec les vacances d'été, la production d'un rapport de stage étant reportée à la rentrée suivante. De ce fait, la formation en entreprise se fait par imprégnation [...].

L'alternance formatrice n'est pas privilégiée. »32(*)


* 30 Hors CAP.

* 31 Ibid., p. 20.

* 32 Ibid. p. 20.