Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2019 : Médias, livre et industries culturelles : Livre et industries culturelles

22 novembre 2018 : Budget 2019 - Médias, livre et industries culturelles : Livre et industries culturelles ( avis - première lecture )

E. UNE PRODUCTION QUI SE MAINTIENT À HAUT NIVEAU

1. Des résultats à la hauteur des investissements

En 2017, 1 327,89 M€ ont été investis dans la production de films agréés, en baisse de 4,4 % par rapport à 2016. Le nombre de films d'initiative française produit est stable (222 films, soit +0,5 %), et les investissements dans la production des films d'initiative française diminuent de 9,9 % pour atteindre 1 088,88 M€ en 2017. Cette baisse s'explique par la présence dans la production 2016 de deux films à très haut devis : Valérian et La Cité des mille planètes de Luc Besson (197,47 M€) et The Lake de Steven Quale (66,19 M€).

Sur longue période, la production française reste stable au-dessus de 200 productions agréées par an.

Nombre de films ayant obtenu l'agrément du CNC, 2012-2017

Nombre de films produits

 

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Films d'initiative française

 

209

208

203

234

221

222

Films à majorité étrangère

 

70

 

61

55

66

62

78

Total

 

279

 

269

258

300

283

300

Source : CNC

De même, les investissements français dans le cinéma dépassent maintenant le milliard d'euros par an.

Investissements totaux (M€)

 

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Investissements français

 

966,95

931,50

753,24

923,72

1123,77

1034,32

Investissements étrangers

 

98,73

 

87,72

45,94

100,07

85,02

54,56

Total

 

1 065,68

 

1 019,22

799,18

1023,79

1208,79

1088,88

Source : CNC

2. Un système à préserver

Une étude du CNC montre que le niveau de financement public des oeuvres en France n'est pas excessif par rapport à d'autres pays. Ainsi, le soutien ne peut dépasser 50 %, taux porté à 60 % pour les films les plus difficiles. En moyenne, un film français bénéficie d'un financement public à hauteur de 20 % dans le cinéma et 25 % dans l'audiovisuel, contre 52 % en moyenne à l'étranger. S'agissant des seuls crédits d'impôt, 13 dispositifs étrangers s'avèrent plus avantageux, dont la Chine, le Québec, plusieurs États américains ou le Royaume-Uni.

Pour des raisons économiques, mais également culturelles ou d'influence, la production d'oeuvres cinématographiques et audiovisuelles bénéficie donc dans de nombreux endroits d'aides pour un montant en général important. On ne peut donc que se féliciter de voir que la France, patrie historique du cinéma, ait su conserver un haut niveau de qualité et des industries techniques reconnues au niveau mondial.

Puissamment stimulée par un système d'aide flexible et varié, la production française se maintient à un haut niveau, avec une tendance à la progression ces dernières années.

Le système nécessite cependant une grande attention des pouvoirs publics, et une stabilité des règles fiscales pour éviter tout phénomène de destruction de valeur. C'est là une position qu'entend défendre votre rapporteure pour avis.