Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

CHAPITRE IV -

LA CONSTRUCTION AÉRONAUTIQUE

La croissance du secteur de l'aéronautique civile s'est poursuivie en 1997. Pour autant, la " guerre commerciale " qui caractérise ce secteur ne s'est pas atténuée. Dans ce contexte, l'avenir des groupes industriels aéronautiques français, qui ont fait de notre pays une grande puissance en ce domaine, peine pourtant à s'inscrire dans une perspective européenne pleinement satisfaisante et votre commission pour avis regrette que les contours définitifs tardent à se préciser.

I. LE MARCHÉ AÉRONAUTIQUE : CROISSANCE ET CONCURRENCE

A. LES PERSPECTIVES DE CROISSANCE DE LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE...

La construction aéronautique civile est non seulement un enjeu stratégique, mais aussi un secteur industriel important en termes d'activité et d'emplois. Il représente un chiffre d'affaires de 188 milliards de francs en Europe en 1997, contre 224 milliards de francs aux Etats-Unis, et de 50 milliards de francs en France (pour la seule aéronautique civile).

Le redressement du marché observé en 1996 s'est confirmé en 1997. Pour Airbus et Boeing, le cumul des commandes enregistrées en 1997 est en hausse de 8 % par rapport à 1996 (940 appareils contre 898 en 1996). Le nombre de commandes est très supérieur en 1997 aux livraisons effectuées auprès des compagnies (557 livraisons). Les prévisions de marché à moyen terme des constructeurs demeurent optimistes : avec une hypothèse de progression de trafic annuelle moyenne proche de 5 %, d'ici 20 ans le besoin global d'appareils est estimé à 17.000 unités.

Comme d'ailleurs dans le reste de l'Europe, cette bonne tenue du marché s'est traduite par une amélioration de la situation des industriels du secteur aéronautique et spatial français.

B. ...PROFITENT AUX GROUPES FRANÇAIS...

Ainsi, le groupe Aérospatiale a réalisé en 1997 un chiffre d'affaires consolidé de 56,3 milliards de francs, en hausse de 10 % par rapport à 1996. Les prises de commandes (civiles à 80 %) augmentent et représentent 160 milliards de francs au 31 décembre 1997, soit 3 ans d'activité. Le résultat net consolidé s'élève à 1,4 milliard de francs, en augmentation de 75 % par rapport à 1996, qui était le premier exercice bénéficiaire depuis 1991. Le groupe prévoit le recrutement de 1.200 personnes sur la période 1996/1999.

Pour le groupe SNECMA, la croissance du chiffre d'affaires (23 milliards de francs en 1997) a été de 23 %. Les prévisions de croissance de l'activité pour 1998 sont elles aussi très satisfaisantes puisque le motoriste s'attend à une progression de 20 % environ. Dans ces conditions, le groupe est sorti du rouge en 1997, avec un résultat net consolidé de 750 millions de francs, contre une perte de 280 millions de francs en 1996.

Le groupe Dassault Aviation a réalisé un chiffre d'affaires de 21 milliards de francs (dont 40 % dans le secteur civil), en hausse de 60 % par rapport à 1996. Le groupe a dégagé un résultat net bénéficiaire de 1,3 milliard de francs.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli