Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

B. L'ENJEU DE LA PROMOTION AUDIOVISUELLE FRANÇAISE À L'ÉTRANGER

· L'exportation de programmes français

Par-delà l'amélioration de l'offre télévisuelle, l'exportation de produits audiovisuels français constitue désormais une priorité reconnue qui bénéficie à ce titre des soutiens financiers nécessaires. L'objectif consiste à associer, à la diffusion de programmes télévisuels en langue française, la présence accrue de programmes télévisés doublés ou sous-titrés au sein des télévisions nationales. Cette stratégie bénéficie de l'apparition, dans des zones autrefois démunies sur le plan audiovisuel, d'un marché solvable qui justifie une approche commerciale.

TV France International (TVFI) tient dans cette démarche un rôle central. Association regroupant les professionnels français de l'audiovisuel, TVFI assure leur représentation dans de nombreuses manifestations internationales, sous pavillon français.

TVFI a donc, depuis cinq ans, multiplié les missions ponctuelles partout où les programmes français sont susceptibles d'intéresser les chaînes partenaires : Europe mais aussi Japon et Etats-Unis, autant de marchés réputés difficiles. Soucieuse également de conquérir des marchés nouveaux, TVFI a conduit des délégations de producteurs et de distributeurs français dans le Golfe persique, au Liban, au Mexique, en Afrique du sud et en Inde. Au total en 1999, 300 participations de sociétés françaises à des missions à l'étranger ont été recensées, soit 20 % de plus qu'en 1998.

Par conséquent, la contribution financière du ministère des Affaires étrangères à TVFI, en application de la convention qui les lie, constitue un investissement particulièrement rentable. D'un montant de 1 MF en 1995, elle avait été portée à 6 MF en 1999. Durant cette période, TVFI a vu ses résultats commerciaux progresser chaque année de 35 %, portant le montant des ventes, préventes et co-productions de programmes français à 1,841 milliard de francs en 1998.

Cette tendance risque toutefois d'être affectée à terme, paradoxalement, à cause d'une insuffisance de l'offre française. Celle-ci tend en effet à s'essouffler alors que les productions allemandes, britanniques, italiennes et espagnoles bénéficient d'une croissance forte.

Cette promotion de l'offre française suppose également de bien prendre en compte la nature de plus en plus commerciale et concurrentielle des marchés, qui tend donc, par symétrie, à réduire le champ d'application de notre politique d'assistance dans ce domaine, qui s'appuie sur une diffusion gratuite de programmes français. Le ministère des Affaires étrangères s'efforce donc de faire clairement le départ entre les zones géographiques où se poursuit une politique d'assistance pleinement justifiée -Afrique subsaharienne tout particulièrement-, et celles où nos exportations peuvent trouver place dans un marché solvable, sans que ces deux approches interfèrent l'une avec l'autre. C'est ainsi qu'en deux ans, 100 pays sont devenus des zones de prospection commerciale pour nos exportateurs -de programme télévisés mais aussi de films français, grâce à une coopération active avec UNIFRANCE- sans que ceux-ci se trouvent concurrencés par notre propre politique d'assistance.

· Pour un rayonnement plus international des chaînes et bouquets télévisuels français

Contrairement à ce qui s'est produit en Grande-Bretagne, le dynamisme des bouquets numériques français ne s'est pas encore traduit dans la diffusion de chaînes françaises sur les bouquets numériques internationaux qui se mettent en place partout dans le monde et les bouquets français, centrés sur le marché intérieur, n'ont aucune projection internationale. Cela est d'autant plus paradoxal que le procédé de numérisation entraîne une baisse des coûts de transport du signal et, en permettant une détermination précise du nombre de foyers touchés, est de nature à faciliter les négociations avec les ayant-droits. Les chaînes françaises actuellement disponibles sur des bouquets satellitaires à l'étranger sont surtout celles dévouées, par principe, à ce marché, TV5, Arte, Canal Horizons et la Cinquième.

Le ministère des Affaires étrangères considère donc comme un objectif stratégique la présence simultanée sur les bouquets internationaux -par delà TV5- de plusieurs chaînes d'origine française. A cette fin, l'Etat a décidé de prendre à sa charge, plus largement que par le passé mais toujours de façon dégressive, une partie des frais de diffusion ou de " localisation " (doublage-sous-titrage) de certaines chaînes françaises désireuses de conquérir une audience internationale, à charge, pour les entreprises intéressées, d'acquérir les droits de diffusion.

Un premier appel à projets, lancé à l'automne dernier a conduit le ministère des Affaires étrangères à attribuer 13,7 MF à trois opérateurs déjà engagés dans une diffusion satellitaire destinée aux publics étrangers : MCMI (7 MF), Canal Horizon (6,4 MF), Planète (0,3 MF).

En 1999, deux appels ont été lancés. Celui du printemps a conduit le ministère des Affaires étrangères à accorder un soutien aux opérateurs suivants dans le cadre de leurs stratégies respectives d'internationalisation :

Canal Horizons : subvention de 6,9 millions de francs dont

- 2,9 millions de francs au titre du passage de l'analogique au numérique sur l'Afrique,

- 4 millions de francs au titre de la diffusion sur le satellite Hot Bird 3 (Maghreb/Proche-Orient), dans la mesure où Canal Horizons s'est également engagé dans un processus de passage au numérique sur cette zone.

MCM International : subvention de 9,1 millions de francs dont

- 2 millions de francs pour la diffusion de MCMI en Europe et au Maghreb ;

- 2 millions de francs pour la diffusion de Muzzik en Europe et au Maghreb ;

- 3 millions de francs pour la diffusion de MCMI en Asie ;

- 2,1 millions de francs pour la diffusion de MCMI en Amérique latine.

Multithématiques : subvention de 5 millions de francs dont

- 1 million de francs au titre de Planète Pologne ;

- 4 millions de francs au titre de la diffusion de chaînes éditées par Multithématiques en Allemagne, en Espagne et en Italie.

Média Overseas : subvention de 1 million de francs3(*) au titre de l'internationalisation du bouquet Canal Satellite Antilles dans les Caraïbes, et notamment de la montée de TV5 Europe en clair sur ce bouquet.

TPS : subvention de 3 millions de francs (environ)4(*), correspondant à un aménagement technique permettant une couverture dans de bonnes conditions de réception de l'ensemble de la zone Maghreb/Proche-Orient/Europe centrale et orientale.

Un second appel à projets, venu à échéance le 15 septembre, est actuellement en cours d'examen.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli