Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Aviation et aéronautique civiles

 

CHAPITRE III

UN SECTEUR EN PROFONDE MUTATION

I. UN SECTEUR EN CRISE

A. LES CONSÉQUENCES DES ATTENTATS DU 11 SEPTEMBRE 2001 SUR LES COMPAGNIES AÉRIENNES

Les attentats du 11 septembre 2001 ont fortement accentué la diminution du trafic aérien enregistrée au cours du premier semestre de l'année, compte tenu de la dégradation de la situation économique mondiale. Cette diminution du trafic a fortement pesé sur les recettes des compagnies aériennes, qui se sont vues par ailleurs confrontées à une croissance de la fiscalité destinée à financer les mesures de sûreté, ainsi qu'à une hausse des tarifs des redevances, directement liée à la diminution du trafic. Les compagnies les plus fragiles financièrement n'ont pas résisté à cette situation. Pour l'ensemble des compagnies, on constate une diminution sensible du chiffre d'affaires et du résultat pour l'année 2001 :

Résultat net des compagnies aériennes européennes en 2001

Compagnies

Résultat net (en millions d'euros)

 

2001

2000

1999

1998

Air France

53

421

354

249

Iberia

50

201

150

320

Bmi (British Midland)

20

13

22

18

Finnair

7

109

85

75

TAP air Portugal

- 44

- 122

- 115

12

Aer Lingus

- 100

72

50

67

Olympic Airways

- 102

- 88

- 76

6

SAS

- 115

230

206

320

KLM

- 224

77

337

207

Austrian Airlines

- 166

53

43

37

British Airways

- 224

106

- 341

325

Lufthansa

- 633

689

630

731

Alitalia

- 907

- 256

6

211

Sabena

 

- 325

- 14

22

Sair Group

 

- 1.900

179

226

Total

- 2.285

- 720

1.516

2.826

Source : Air & Cosmos, Mai 2002

Les compagnies aériennes américaines sont confrontées à la plus grande crise financière de leur histoire, avec une perte totale d'environ 8 milliards de dollars en 2001. La sixième compagnie américaine, US Airways, s'est placée sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites américaine, compte tenu de son incapacité à faire face au paiement de ses créanciers. La valorisation boursière des compagnies aériennes américaine a considérablement chuté : celle de la première compagnie, American Airlines, a ainsi atteint la valeur de 3 de ses appareils, la compagnies en opérant près de 900 ! Enfin, la marge d'exploitation d'United Airlines a été de - 13,3 % sur l'exercice 2001.

Au mois de novembre, la compagnie aérienne United Airlines est d'ailleurs proche du dépôt de bilan. Elle doit engager un plan de restructuration intégrant une économie de 14 milliards de dollars, dont 5,2 milliards de dollars sur les salaires, sur une durée de cinq ans et demi, afin d'obtenir des prêts garantis par les autorités fédérales et éviter de s'inscrire au chapitre 11. La compagnie cherche également à obtenir un soutien financier de la part de Lufthansa, qui est son principal partenaire dans l'alliance « Star Alliance ».

Les compagnies aériennes américaines demandent de nouvelles aides de la part du Congrès américain, considérant que l'augmentation de leurs coûts est essentiellement liée à la désaffection des passagers liée aux mesures de sûreté drastiques imposées par l'administration et à la croissance des primes d'assurance.

S'agissant du trafic aérien, il convient de noter que, pour la première fois depuis le mois de septembre 2001, le trafic passager du secteur aérien, international et intérieur, a renoué avec la croissance au mois d'août 2002, avec une progression de 1,5 % du nombre de passagers transportés. Le trafic augmente sur l'ensemble des destinations, à l'exception toutefois de l'Amérique du nord et du Moyen-orient.

En France, les compagnies Air Lib et Air Littoral sont confrontées à d'importantes difficultés financières, tandis qu'Air France a mieux résisté à la crise que la plupart de ses concurrents.