Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Sécurité

 

5. Les adjoints de sécurité

Aux 133.913 emplois budgétaires viennent s'ajouter les postes d'adjoints de sécurité (ADS), qui ne sont pas des emplois budgétaires. Le plafond du nombre d'emplois d'ADS en gestion serait selon le ministère de l'ordre de 14.000 pour 2003, ce qui correspond à l'effectif observé au 1er août 2002 (soit 14.214, dont 13.571 sur sites et 643 en formation initiale, et dont 11.370 pour la sécurité publique), mais à un repli par rapport à l'effectif observé au 1er janvier 2002 (soit 15.564).

Les crédits de rémunération prévus pour les adjoints de sécurité, (article 10 du chapitre 31-96 « dépenses de personnels pour les emplois de proximité ») seraient néanmoins stables à 59,8 millions d'euros après la mesure d'« ajustement à la situation réelle des agents »  intervenue dans le projet de loi de finances pour 2002 ;

Ces crédits ne représentent quoi qu'il en soit qu'environ 20 % du coût total des ADS, le solde figurant au budget du ministère du travail.

On peut rappeler qu'au 1er août 2002, près de 28.276 adjoints de sécurité auront été recrutés et ont bénéficié d'une formation initiale d'adjoint de sécurité, et 14.062 adjoints de sécurité étaient sortis du dispositif (soit 49,73 % de l'effectif incorporé).

Les causes de départ d'ADS se décomposaient comme suit :

12 928 adjoints de sécurité ont démissionné, soit 91,94 % des départs, dont 56,33 % ont été reçus à un concours de police nationale ; 9,92 % ont trouvé un autre emploi dans le secteur public ; 11,76 % ont été embauchés dans le secteur privé ; et 13,92 % ont démissionné pour convenances personnelles ;

1 088 adjoints de sécurité ont été licenciés, soit 7,74 % des causes de départ ;

38 adjoints de sécurité sont décédés, soit 0,27 % de l'effectif sorti du dispositif.

Parmi les adjoints de sécurité qui ont été recrutés, on notera que 36 % sont des femmes, et sur l'ensemble des candidats recrutés 6 % sont issus de zones urbaines sensibles (ZUS). La situation de ces jeunes au moment de leur embauche fait également ressortir que : 46 % étaient demandeurs d'emploi ; 32 % étaient salariés ; 12 % étaient scolarisés ou étudiants, et 7 % issus du service national. Le niveau de formation des candidats recrutés est pour 6 % d'entre eux, aucun diplôme ; pour 35 % un CAP ou un BEP ; pour 47 % le Baccalauréat ; pour 10 % BAC + 2 ; enfin pour 2 % licence ou plus.

Enfin, il convient de souligner que depuis la mise en place du dispositif ADS et à la date du 1er juin 2002, 7.917 ADS ont réussi un concours de la police nationale.