Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

A. DES RÉSULTATS INSUFFISANTS

En 2002, 105.291 accidents corporels ont été dénombrés en France, ayant fait 7.230 morts (dans les six jours suivant l'accident) et 137.523 blessés. Ces résultats marquent une légère amélioration de la situation par rapport à l'année précédente, qui avait vu augmenter le nombre de tués.

Le tableau suivant récapitule l'évolution du nombre des accidents, des morts et des blessés au cours des dernières années.

Bilan des accidents de la circulation routière
1997-2002


 

Accidents corporels

Tués

Blessés

2002

105.291

7.230

137.523

2001

116.745

7.720

153.945

2000

121.223

7.643

162.117

1999

124 524

8.029

167.572

1998

124.387

8.437

168.535

1997

125.202

7.989

169.578

Différence

- 19.911

- 759

- 32.055

Evolution 2002/1997

- 15,9 %

- 9,5 %

- 18,9 %

La diminution lente du nombre d'accidents et de morts constatée ces dernières années s'est accélérée au cours des derniers mois :

Evolution du nombre de tués sur la route


Tués

Juil.

Août

Sept.

Oct.

Nov.

Déc.

Janv.

Fév.

Chiffres bruts
07-2002 à 02-2003

660

628

594

661

569

539

395

364

Chiffres bruts
07-2001 à 02-2002

753

644

677

698

645

756

592

567

Evolution

-12,4 %

-2,5 %

-12,3 %

-5,3 %

-11,8 %

-28,7 %

-33,3 %

-35,8 %

Cette évolution récente est encore fragile puisque les bons résultats de 2002 s'expliquent pour une part importante par la diminution brutale du nombre de tués en décembre.

Surtout, la France figure toujours parmi les pays européens enregistrant les plus mauvais résultats en matière de sécurité routière. En 1999, 2000 et 2001, notre pays a enregistré le plus grand nombre de tués sur les routes des pays de l'Union européenne. Ainsi, en 2000, la France comptait 8.079 tués (dans les trente jours suivant l'accident) contre 7.503 en Allemagne, 6.410 en Italie, 5.776 en Espagne et 3.580 au Royaume-Uni.

De nombreuses études montrent que certaines règles posées par le code de la route sont encore loin d'être respectées. Selon l'Observatoire national interministériel de sécurité routière, 60 % des automobilistes et des conducteurs de poids-lourds, et 70 % des motards, roulent à des vitesses supérieures aux vitesses normales autorisées.

En 2001, plus de 31 % des accidents mortels ont été provoqués par des conducteurs ayant un taux d'alcoolémie supérieur au taux maximal autorisé. Des études indiquent que 50 % des appels passés à partir de téléphones portables le sont depuis un véhicule...

Trop de comportements irresponsables demeurent donc largement répandus dans notre pays et justifient une action forte et de longue haleine.

Retour Sommaire Suite